Huawei ralentit sa production après son placement sur liste noire américaine

Usine de production Huawei - REUTERS

Alors qu’il s’était fixé pour objectif de devenir le plus grand vendeur de smartphones de la planète en 2020, le constructeur chinois Huawei a décidé de stopper une partie de sa production de téléphones mobiles, indique le quotidien hongkongais South China Morning Post. L’information a fini par filtrer des usines d’assemblage taiwanaises Foxconn qui ont réduit leur fourniture de nouveaux portables pour la marque. Ce revirement intervient tout juste après que Huawei ait été placé par le gouvernement américain sur une liste noire, l’empêchant d’acheter des services et des pièces à des entreprises américaines sans autorisation.

"En prenant en compte cette nouvelle situation, il est trop tôt pour dire si nous sommes capables d'atteindre cet objectif", a déclaré à la presse Zhao Ming, président d'Honneur de la firme chinoise, répondant aux questions sur le projet de dépasser Samsung Electronics dans les ventes de smartphones. En pleine ascension depuis deux ans, ces dernières ont augmenté de 15,7% au premier trimestre 2019 contre 10,5% à la même période en 2018, selon les données du cabinet d’études Gartner.

Créer son propre Android

Le géant des télécommunications met un frein à sa production pour prendre le temps de repenser sa stratégie et répondre au mieux aux mesures coercitives imposées par Donald Trump. Alors que Google a suspendu l’accès de Huawei aux futures mises à jour d’Android, l’entreprise de Shenzhen réfléchit encore à la possibilité de créer son propre système d’exploitation pour smartphone.

Le 10 mai dernier, Donald Trump avait donné le premier coup dans la guerre commerciale l’opposant à la Chine en augmentant de 15% les droits de douane sur les importations chinoises. En rétorsion, Pékin a taxé plus fortement les marchandises américaines, quelques semaines avant que le vice-ministre chinois des Affaires étrangères n'accuse les États-Unis de "terrorisme économique" et insiste sur le fait que son pays "n'avait pas peur".

Version Originale : Ellen Cranley / Business Insider US

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

VIDEO: L'Airbus du futur dispose d'un spa et d'une salle de sport, mais manque de fenêtres