Huawei va devoir faire sans Facebook pour ses prochains smartphones

REUTERS/Stephen Lam/File Photo

Après Google, c'est au tour de Facebook de prendre des dispositions à l'égard de Huawei. Facebook a ainsi indiqué à Reuters qu'il n'autorisera plus Huawei à préinstaller ses applications sur ses smartphones, à savoir Facebook, Messenger, WhatsApp et Instagram. Cette décision constitue le dernier revers en date pour le géant chinois de la technologie qui a été placé par Washington sur une liste noire l'empêchant de se fournir en composants d'origine américaine. Les clients de Huawei déjà équipés d'un téléphone du groupe pourront toujours utiliser les applications du réseau social et recevoir des mises à jour, mais sur les nouveaux appareils il ne sera plus possible d'avoir préinstallées les applications du réseau social, a déclaré Facebook à Reuters.

A la différence de Google, Facebook n'entend toutefois plus proposer son application sur les appareils de Huawei qui ne sont pas encore sortis d'usine, a déclaré une source proche du dossier. La source n'a pas précisé quand l'interdiction commencerait. Les fabricants de smartphones signent généralement des partenariats pour préinstaller sur leurs appareils des applications populaires comme Twitter, Booking.com et d'autres. Sollicités, Twitter a refusé de s'exprimer et Booking pour sa part n'a pas répondu dans l'immédiat. Huawei s'est également abstenu de tout commentaire.

La décision de Facebook pourrait affecter les perspectives de Huawei, son activité de smartphones étant devenue l'an dernier le principal contributeur à son chiffre d'affaires, grâce notamment à une forte croissance en Europe et en Asie. 

A lire aussi — Huawei aurait stocké assez de composants pour tenir un an

Le sursis de l'administration américaine expire en août

Google, filiale d'Alphabet, a déclaré ce mois-ci qu'il ne fournirait plus son système d'exploitation Android à Huawei après le sursis de 90 jours accordé par l'administration américaine au groupe chinois, qui expire en août. Le magasin d'applications Google Playstore et les programmes du groupe américain seront cependant toujours disponibles pour tous les téléphones actuels de Huawei, y compris ceux qui ne sont pas encore livrés ou même produits.

Huawei est soupçonné par les Etats-Unis d'espionnage pour le compte de Pékin, des accusations que le groupe rejette en bloc. Le mois dernier, Huawei s'est engagé à continuer à fournir des mises à jour et des services après vente à tous ses appareils, mais certains propriétaires de ses smartphones en Europe et en Asie commencent à se poser des questions. Des analystes estiment aussi que le groupe chinois pourrait voir ses ventes de smartphones chuter d'un quart cette année et risque même de disparaître des marchés hors de Chine. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Huawei, Apple, Canon... Les marques de smartphones, télés ou ordinateurs les plus fiables

VIDEO: Voici le geyser islandais le plus actif au monde — il projette de l'eau à plus de 30 mètres de haut