Publicité

Hydrogène de France entre à la Bourse de Paris pour accroître sa production de piles à combustible

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Hydrogène de France entre à la Bourse de Paris pour accroître sa production de piles à combustible
Un bus à hydrogène a déjà été lancé à Pau fin 2019. © Jean-Pierre BOUCHARD/Gamma-Rapho via Getty Images
Publicité

C'est une introduction sur la place parisienne qui séduit les investisseurs. Hydrogène de France (HDF), société d'infrastructures de production d'électricité à partir d'hydrogène issu d'énergies renouvelables, a fait jeudi 24 juin son entrée en Bourse, a annoncé l'opérateur boursier Euronext. L'entreprise, valorisée jeudi 425,7 millions d'euros, a levé 132,2 millions d'euros. Le prix des actions a été fixé à 31,05 euros. Créée en 2012, Hydrogène de France ambitionne de devenir un leader mondial dans le développement de centrales de production d'électricité continue ou à la demande, à partir d'hydrogène et d'énergies solaires et éoliennes.

Son introduction à la Bourse de Paris doit lui permettre de poursuivre sa stratégie de développement, axée notamment sur l'essor de ses capacités de fabrication et sur son avantage technologique dans les piles à combustible de forte puissance. Selon Euronext, l'offre a connu jeudi "un succès retentissant auprès des investisseurs institutionnels, internationaux et individuels". Le placement global adressé aux investisseurs institutionnels a été sursouscrit 1,5 fois, et l'offre destinée aux actionnaires particuliers a été sursouscrite 3,1 fois. "13 000 comptes particuliers se sont inscrits, ce qui représente un nombre très important", s'est félicité Damien Havard, PDG et fondateur de Hydrogène de France, dans un entretien auprès de l'AFP.

À lire aussi — Les 10 plus grosses introductions à la Bourse de Paris depuis dix ans

Partenariat stratégique avec Rubis

Jeudi soir au marché gris, avant la première cotation qui interviendra vendredi, les titres apparaissaient en hausse de 4,5% par rapport au prix d'introduction, a-t-il ajouté. "Avec cette opération, la société s'est dotée de moyens financiers pour accélérer son développement sur le marché de l'hydrogène-électricité, en plein essor dans toutes les régions du globe", assure-t-il.

L'entreprise a notamment signé des "partenariats stratégiques" avec Rubis et Teréga Solutions, qui comptent désormais parmi ses actionnaires. Rubis, spécialiste des infrastructures de stockage et de distribution d'énergie, est même devenu le deuxième actionnaire de HDF (17% du capital) en investissant 78,6 millions d'euros.

Il "bénéficiera, pour une durée de cinq ans, d'une priorité pour investir majoritairement dans les projets que HDF Energy envisage de développer en Afrique/océan Indien, dans les Caraïbes et en Europe", a-t-il précisé dans un communiqué distinct.

Des piles à combustible pour des énergies renouvelables non intermittentes

Le site industriel de Blanquefort dans la banlieue bordelaise, abandonné par Ford après la fermeture de son usine en 2019, doit servir de base pour la première usine de fabrication d'électricité du groupe à partir d'hydrogène vert, dès 2023. "C'est la première usine au monde à faire ça, nous allons industrialiser un procédé de pile à combustible développé par le canadien Ballard Power System, notre fournisseur sous licence, qui est le leader mondial des piles à combustibles permettant de produire des énergies renouvelables non intermittentes", a ajouté Damien Havard.

Hydrogène de France a négocié un contrat d'exclusivité pendant sept ans avec le canadien. "Nous sommes pionniers mondiaux sur le stockage longue durée, nous venons ouvrir un nouveau marché de l'énergie, celui des énergies renouvelables non intermittentes", a-t-il dit. Pour l'instant, seuls des stockages au lithium existent pour l'énergie éolienne ou solaire. "Ce sont des stockages à très court terme." Damien Havard a indiqué travailler aussi sur des projets de piles à combustible pour "les bateaux, les trains et les data centers".

À lire aussi — Il est désormais possible d'investir dans le bitcoin et l'ethereum à la Bourse de Paris

Une centaine de nouveaux emplois sur le site de Blanquefort

Côté emploi, il estime que les levées de fonds vont permettre immédiatement d'employer une centaine de personnes sur le site de Blanquefort. "Ensuite, cela peut aller très vite, cela dépendra de la volonté politique de créer des emplois industriels autour de l'hydrogène, liés à l'exportation", estime Damien Havard. Au Mexique, en Australie, en Indonésie et aux Philippines notamment, le groupe travaille surtout sur l'élaboration et la construction de centrales d'énergies renouvelables stables et en continu, grâce aux piles à combustible.

"Grâce à des parcs photovoltaïques, et à l'électrolyse, nous produisons de l'hydrogène pendant huit heures le jour, et pendant 14 à 16 heures d'obscurité, les piles à combustible produisent de l'électricité", a expliqué Damien Havard. "Nous avons un modèle atypique pour la France, nous avons choisi d'industrialiser des procédés technologiques fiables plutôt que de repartir sur de la recherche et développement, il sera intéressant de voir si nous pouvons obtenir un soutien public dans le cadre des plans de relance afin de développer l'emploi industriel tourné vers l'exportation", a ajouté le dirigeant.

Le plan de relance de la France, pour relancer l'économie après la crise sanitaire, prévoit d'importants financements dédiés à la production d'électricité à partir d'hydrogène.

À lire aussi — Quatre régions ont commandé à Alstom les premiers trains à hydrogène français

Découvrir plus d'articles sur :