Publicité

Ikea accusé d'utiliser du bois illégal russe pour ses meubles pour enfants

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Ikea accusé d'utiliser du bois illégal russe pour ses meubles pour enfants
Une enquête de l'ONG Earthsight pointe du doigt l'un des fournisseurs d'Ikea en Russie. © Business Insider France/Claire Sicard
Publicité

Et si tout n'était pas si rose dans le monde du géant de l'ameublement Ikea ? Dans un rapport publié jeudi 15 juillet, l'Organisation non gouvernementale (ONG) Earthsight, qui lutte pour la défense de l'environnement, pointe du doigt le groupe suédois. Elle accuse Ikea d'avoir utilisé pendant ces dix dernières années du bois importé illégalement de Russie pour la fabrication de ses meubles. Selon son enquête, Earthsight estime que des produits Ikea contenant ce bois suspect russe se vendraient toutes les deux minutes dans le monde.

Le rapport révèle qu'Ikea se serait fourni en pin auprès d'entreprises "coupables de l'exploitation illégale de quatre millions d'arbres dans les forêts de Sibérie menacées par le réchauffement climatique". Toujours selon l'ONG, ce bois aurait ensuite certifié légal et durable par le label environnemental international, Forest Stewardship Council (FSC) et envoyé à un fabricant indonésien fournissant les magasins Ikea en Europe et dans le monde : États-Unis, Royaume-Uni, Allemagne, etc.

À lire aussi — On a visité le nouveau magasin Ikea Décoration, 100% consacré à la déco de la maison

Selon Earthsight, ce bois qui aurait été importé de manière illégale servirait notamment à fabriquer les meubles de la gamme pour enfants Sundvik (armoire, table à langer, lit en bois...), mais aussi l'étagère Flisat, servant de maison de poupée aux plus petits.

Des 'irrégularités' qui ont poussé Ikea à se séparer de son fournisseur russe

L'ONG a mené des investigations pendant un an, réalisé des entretiens sous couverture, des visites sur les sites d'exploitation forestière, mais aussi analysé des images satellite, des documents officiels, notamment des douanes, et des archives judiciaires. Evgeny Barukov, multimillionnaire russe aux connections politiques solides et fournisseur de longue date d'Ikea. Son entreprise aurait ainsi, ces dix dernières années, abattu plus de forêts qu'autorisé, mais aussi exploité des zones protégées sous prétexte que les arbres étaient malades.

Dans un communiqué envoyé à Business Insider France, le groupe Ikea réagit à l'enquête de Earthshight et déclare : "Nous n'acceptons en aucun cas du bois exploité illégalement dans notre chaîne d'approvisionnement. Nous prenons très au sérieux les rapports et les conclusions des ONG et des autres parties prenantes et lorsque nous découvrons des irrégularités, nous prenons des mesures immédiates."

Le groupe confirme également "qu'un certain nombre de fournisseurs d'IKEA ont historiquement acheté du bois auprès de sociétés affiliées à Evgeny Bakurov. Étant donné que les récoltes étaient officiellement autorisées par les autorités forestières russes, les fournisseurs IKEA ont acheté le bois en suivant les procédures légales correctes."

À lire aussi — Ces fans d'Ikea dévoilent les produits qui les ont aidés à traverser la pandémie

Le géant suédois explique que depuis "mars de cette année", ils ont pris la décision de "ne plus accepter de bois provenant d'un certain nombre de sociétés affiliées à Evgeny Bakurov, par mesure de précaution". Toujours selon Ikea, il s'agirait d'"un processus qui a commencé bien avant que IKEA ne soit contacté par Earthsight en juin 2021."

Autre décision prise par le groupe d'ameublement: "interdire le bois d'abattage sanitaire à tous les opérateurs des districts de Russie Extrême-Orient et Sibérie". Cette pratique, qui consiste à abattre des arbres sous couvert de maladie est décriée dans le communiqué d'Ikea : "Il ne peut y avoir de place pour l'abus de l'abattage sanitaire nulle part dans le monde, et cette interdiction restera en place jusqu'à ce que le système soit suffisamment renforcé."

De son côté, et toujours selon l'ONG, le FSC nie toute irrégularité. Il aurait cependant mis fin brutalement au certificat de Bakurov.

Un précédent en Ukraine en 2020

Une précédente enquête menée en 2020 par l'ONG britannique avait dénoncé la vente de bois exploité de manière illégale en Ukraine. Le rapport recommande donc aux gouvernements de l'Union Européenne notamment de renforcer leur réglementation en matière d'importation de bois.

Dans le même communiqué, Ikea explique avoir "continué à prendre des mesures et à participer à des dialogues pour lutter contre l'utilisation abusive de l'abattage sanitaire pendant la période de silence", et ce "aux côtés de multiples parties prenantes, dont le gouvernement et les groupes environnementaux". Le groupe suédois explique estimer avoir réalisé "des progrès collectifs" et soutenir "l'action directe de FSC Ukraine pour améliorer la situation".

C'est en tout cas un vrai pavé dans la mare pour l'enseigne au moment où cette dernière multiplie, en France notamment, les annonces et les services pour devenir un groupe plus durable : commercialisation de panneaux solaires, développement de la facilité à réparer ses produits, vente en ligne de meubles d'occasion, etc.

À lire aussi — 8 choses à ne jamais faire dans un magasin Ikea, selon les employés

Découvrir plus d'articles sur :