Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Ikea anticipe un 'baby-boom' post-confinement et prévoit de baisser ses prix

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Ikea se prépare au déconfinement en Europe et anticipe un "baby-boom". © Billow 926/Unsplash

Comment allons-nous faire ? Quel plan adopter ? Du "petit" commerçant aux gouvernements, tous préparent la fin du confinement en Europe. Et les chefs d'industrie ne dérogent pas à la règle. Le groupe Ingka, propriétaire d'Ikea, prévoit une réouverture de ses magasins en mai en Europe, selon Reuters. Et pour relancer la machine, le géant suédois parie sur un "baby-boom" post-confinement, dans sept ou huit mois. Ça peut faire sourire. Mais c'est surtout malin. "Les crises du passé ont entraîné des baby boom", explique Jesper Brodin, DG d'Ingka. Selon lui, le confinement aura favorisé l'intimité, et le groupe prévoit d'augmenter ses stocks de fournitures pour bébés.

Ce n'est pas la seule piste envisagée par les dirigeants d'Ikea pour compenser la chute de 60% des ventes du groupe lors de la crise. La crise du Covid-19 appauvrit les populations et leur pouvoir d'achat s'en voit réduit. Jesper Brodin a indiqué à Reuters que la demande était en hausse pour les articles les moins chers d'IKEA. Et cette tendance devrait se poursuivre : la crise économique mondiale provoquée par la pandémie promet d'être longue. Le groupe prévoit ainsi de réduire les prix de plusieurs produits au cours de l'année à venir, et s'efforcera également d'élargir sa gamme de produits bon marché.

A lire aussi — Voici les produits qui connaissent les plus grosses ruptures de stock en livraison et en drive

Samedi 18 avril, Ikea faisait déjà un pas vers la reprise de ses activités en rouvrant certains sites afin d'assurer les ventes en ligne. 15 à 20% des salariés sont ainsi retournés dans les entrepôts français. Relayé par France Inter, Jean-Paul Barbosa, délégué syndical CFDT, s'interroge sur cette réouverture précoce : "Fallait-il vraiment se précipiter ? Ne pouvait-on pas attendre une ou deux semaines, que le pic épidémique redescende vraiment et qu’on puisse retrouver une activité progressive et mieux structurée que ce qu’ils font actuellement ?".

A lire aussi — Ikea révèle la recette de ses boulettes de viande

Découvrir plus d'articles sur :