Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Il est très facile de hacker Amazon Echo pour le transformer en micro espion — mais il faut pouvoir y accéder physiquement

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Il est très facile de hacker Amazon Echo pour le transformer en micro espion — mais il faut pouvoir y accéder physiquement
© YouTube/Amazon

Des chercheurs ont montré qu'il était très facile de pirater les versions de 2015 et 2016 des enceintes connectées Amazon Echo. Il faut toutefois que les hackers aient accès physiquement à l'appareil pour le transformer en micro espion.

"L'Amazon Echo est vulnérable aux attaques physiques (...), pour y installer un logiciel malveillant, sans laisser aucune preuve qu'il y a eu modification", écrit Mark Barnes, un chercheur en cybersécurité, dans cette étude publiée le 1er août 2017.

Il qualifie l'opération de "triviale" à partir du moment où l'on a un accès aux ports qui se trouvent sur la base de l'appareil, sous la protection en caoutchouc.

Evidemment, les enceintes connectées d'Amazon ne sont pas les premiers objets à être ciblées par des tentatives de piratage. Le ministère de l'Intérieur français avait d'ailleurs fait savoir, en mars dernier, combien les industriels devraient plus se soucier de la sécurité des objets connectés.

Amazon

Lorsque vous achetez des enceintes connectées — que ce soient les Amazon Echo ou Google Home, lancé en France ce jeudi 3 août —, vous acceptez être écouté-e en permanence — voire observé-e lorsqu'il s'agit d'Echo Look, une autre version de l'assistant d'Amazon. Le géant américain a confirmé qu'il stockait toutes les images de vous, jusqu'à ce que vous décidiez de les supprimer manuellement.

Avant de poser une question à Google Home, il faut simplement prononcer les mots "Ok Google" ou "Dis Google". Cela signifie que par défaut, l'assistant écoute tout ce qu'il passe, et seuls certains mots déclenchent sa réaction.

Ces derniers jours, Facebook a également été accusé d'utiliser le micro des smartphones des utilisateurs de son appli pour leur proposer des publicités ciblées. Le réseau social a publié dans la foulée un démenti :

"Facebook n'utilise pas le micro de votre téléphone à des fins publicitaires ou pour changer ce que vous voyez dans le fil d'actualité. Ce n'est pas vrai (...) Nous montrons des publicités basées sur les centres d'intérêt des gens et autres informations contenus sur leur profil — et pas sur ce qu'ils disent à voix haute. "

Facebook précise toutefois qu'il a accès au micro des utilisateurs qui l'ont accepté, mais uniquement lorsque certaines fonctionnalités sont utilisées, comme la vidéo.

Découvrir plus d'articles sur :