Il faudra beaucoup plus que '5 années' pour reconstruire Notre-Dame selon des experts

La cathédrale Notre-Dame de Paris, après l'incendie, le 16 avril 2019. REUTERS/Charles Platiau

Au lendemain de l'incendie qui a, en partie, détruit la cathédrale Notre-Dame de Paris, Emmanuel Macron a déclaré qu'il souhaitait que ce joyau de l'architecture gothique soit reconstruit "d'ici cinq années". "Je vous le dit ce soir avec force : nous sommes ce peuple de bâtisseurs, nous avons tant à reconstruire. Nous rebâtirons la cathédrale plus belle encore, et je veux que cela soit achevé d'ici cinq années, nous le pouvons", a indiqué le président de la République française. Malgré la volonté affichée de l'Etat français et des nombreuses promesses de dons émanant de grandes entreprises telles que Vinci, Total et LVMH, le chantier s'annonce important, puisque l'incendie a provoqué la destruction de la toiture, de la charpente, d'une partie de la voûte et de la flèche.

Les experts estiment toutefois que la durée du chantier devrait être bien plus longue que cinq ans. Interrogé par LCI sur la question, Frédéric Létoffé, l'un des deux présidents du Groupement des entreprises de restauration de monuments historiques (GMH), a répondu que c'était "irréaliste", avançant qu'"une restauration entre dix et quinze ans" lui semblait plus "raisonnable". En effet, il a souligné qu'il faudra tout d'abord sécuriser le site, mettre en place une protection contre les intempéries ainsi qu'un "étalement des tâches" entre les différents corps de métiers.

Le directeur de la Fondation de l'Œuvre de Notre-Dame Eric Fischer a rappelé à l'AFP qu'il "y aura évidemment des travaux sur la pierre, de charpente, de métallerie, les installations techniques, comme l'électricité, l'éclairage, la couverture...". Ce dernier avance que les travaux vont s'étendre sur "des décennies", donc bien loin des cinq années espérées par Emmanuel Macron. 

Mais selon Philippe Plagnieux, professeur d'Histoire de l'art du Moyen Age, interrogé par le Huffington Post, il faudra attendre quelques jours ou semaines pour tout d'abord réaliser un bilan des dégâts pour vérifier l'intégralité des structures restantes : "L'eau va continuer à agir, certaines parties saturées risquent de se dégrader. Il faudra enlever les décombres, attendre que l'eau s'évapore, savoir combien de pierres il faudra changer." Le spécialiste de l'architecture gothique estime ainsi que même si "c'est très difficile de se prononcer aujourd'hui", "il faudra compter minimum cinq à 10 ans" pour reconstruire la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Un manque possible d'artisans

Par ailleurs, l'échéance des cinq ans annoncée par le chef de l'Etat pourrait se heurter à un problème de main d'œuvre, a indiqué Francis Maude, directeur du cabinet d'architectes Donald Insall Associates, basé à Londres. Dans le journal Sud Ouest, il a souligné que "trouver suffisamment d'artisans capables de travailler la pierre, le bois, le plomb, le verre" constituait "un défi pour le secteur dans toute l'Europe", ajoutant que "d'autres très grands projets sont confrontés aux mêmes difficultés, comme le Palais de Westminster, sur lequel nous travaillons ici à Londres".

Interrogé par l'AFP à l'issue d'une rencontre avec la ministre du Travail Muriel Pénicaud pour préparer le Conseil des ministres consacré ce mercredi à la reconstruction de Notre-Dame de Paris, Jean-Claude Bellanger, le secrétaire général des Compagnons du devoir, une association consacrée à la formation des jeunes et à la promotion de métiers comme boulanger, charpentier, menuisier ou encore tonnelier, a déclaré que "pour le chantier de reconstruction, il faudrait que dès septembre nous recrutions en apprentissage 100 tailleurs de pierre, 150 charpentiers et 200 couvreurs".

Le temps de la reconstruction dépendra également de quel type de reconstruction sera choisi, a avancé pour sa part Jean-François Colosimo, historien des religions interrogé par BFMTV : "cela dépendra de la cathédrale que l'on veut reconstruire, de la restauration que l'on voudra entreprendre", en précisant que "si on veut refaire une charpente en chêne, ça prendra beaucoup plus longtemps que cinq ans, alors que si on fait une charpente de fer et de béton comme on a fait à Reims après la guerre de 1914-18, ça ira beaucoup plus vite".

C'est aussi l'avis de Jean-Michelle Wilmotte, architecte et urbaniste, qui pense que le délai désiré par Emmanuel Macron est possible "dans la mesure où on fait les bons choix technologiques", a-t-il déclaré sur France Inter. L'architecte derrière Station F pense qu'il faudra sûrement se passer de matériaux traditionnels comme le bois ou le plomb en utilisant une charpente métallique par exemple, "qui est derrière une voûte et ne serait pas visible".


Les causes de l'incendie survenu à Notre-Dame de Paris lundi soir n'ont pour l'instant pas encore été déterminées. Une enquête pour "destruction involontaire par incendie a été ouverte, a annoncé le parquet de Paris hier. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : J'ai arrêté d'utiliser mon téléphone avant d'aller dormir et j'ai noté 4 grands changements positifs

VIDEO: Voici pourquoi les millennials adorent Gucci