An Orange employee poses as she uses a computer at "Les Assises" the cybersecurity event in Monaco October 5, 2016.

REUTERS/Eric Gaillard

Les entreprises françaises du numérique se développent et leurs besoins de recrutement le montrent.

En 2017, ces éditeurs de logiciels et sociétés Internet ont prévu 10 830 recrutements selon la troisième édition du baromètre People in Tech consacré au marché de l’emploi de la filière numérique, réalisé par l'association Tech In France et Apollo Conseil & Courtage.

C'est une hausse de 48 % en un an. En 2016, ces entreprises ont déclaré 7282 recrutements. Mais il ne s'agit pas d'embauches nettes, le turnover étant d'environ 10% dans la filière numérique selon l'association.

Focalisées sur la conception des produits, les entreprises s'intéressent aussi de plus en plus à la vente.

Les besoins de recrutement sont en effet les plus forts dans les métiers du marketing (+25%). "Cette croissance se démarque nettement du taux de recrutement prévu de l’ensemble des autres métiers qui est de 16 %", précise le baromètre.

Ces résultats extrapolés sont issus d'une enquête auprès de 144 éditeurs de logiciels et sociétés internet françaises représentant 24 000 salariés. La Tech française compte 2 500 entreprises employant 72 531 personnes.

Près d'un tiers des emplois sont occupés par des développeurs (31 %). Suivent les consultants (20 %), les supports clients (18 %), les fonctions commerciales et le marketing (6 %).

Des cycles de recrutement trop longs

LinkedIn est cité comme la première source de recrutement. Pour autant, l'association Tech in France regrette "des cycles de recrutement longs". Une entreprise sur trois déclare avoir eu plus de difficultés à recruter sur les six derniers mois, notamment les PME réalisant entre 10 et 100 M€ de chiffre d'affaires (38 %).

"Un emploi sur 2 met entre 3 et 6 mois à être pourvu, des délais qui peuvent être plus longs dans le cas d’un recrutement de développeur ou d’un consultant", précise-t-elle dans un communiqué.

Les entreprises de la Tech se définissent attractives, avec un taux de CDI de 94,8%, "nettement supérieur à la moyenne nationale qui est de 87,9 %". Du côté des rémunérations, le salaire brut médian est supérieur à 42 000 euros pour des développeurs, à 44 600 euros dans le marketing et à 61 100 pour des postes dans les ventes.

Notons que les métiers de la filière numérique sont majoritairement occupés par des jeunes (36 ans en moyenne) et des hommes, les femmes ne représentant que 29,8 % des salariés selon le baromètre.

Pour inverser cette tendance, l'espoir des professionnels réside dans le développement de nouveaux métiers prisés : data scientist, analyste cyber sécurité ou chief data officer.

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : L'ex-patron de Saxo Banque lève 10 millions d'euros pour casser les tarifs bancaires des entreprises

VIDEO: On vous présente Mateo Salvini, le leader d'extrême droite qui s'inspire de Marine Le Pen, pose torse nu dans la presse et pourrait devenir le prochain premier ministre italien