Matteo Renzi

Le Premier ministre italien Matteo Renzi défend le "oui" au référendum du 4 décembre 2016. REUTERS/Stefano Rellandini

La victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle américaine a d'abord effrayé les marchés financiers, mais ils se sont vite ressaisis. Les investisseurs ont retenu la leçon du Brexit et semblent donner le bénéfice du doute au futur président américain. 

En revanche, il y a d'autres sources d'inquiétudes qui pourraient faire tanguer les marchés européens prochainement, préviennent les analystes de Deutsche Bank dans une note publiée ce mardi 15 novembre.

Ils se disent "prudents pour les perspectives des fonds européens, dans la mesure où nous voyons cinq pierres d'achoppement qui pourraient empêcher les projections optimistes de se traduire par une hausse du marché". Les voici :

1—Le référendum italien prévu le 4 décembre

Le référendum porte sur une réforme constitutionnelle qui vise à réduire les pouvoirs du Sénat. Les économistes européens de Deutsche Bank donnent 60% de chances au 'non' de l'emporter. Les obligations des états périphériques de l'UE ont déjà réagi mais le noyau européen n'a pas bougé... pour l'instant.

2—La fuite accrue de capitaux chinois

Les analystes de Deutsche Bank en Asie notent que la fuite de capitaux chinois a atteint un niveau proche du second semestre 2015. Ils s'interrogent sur le risque d'une dévaluation et sur les conséquences d'une éventuelle hausse des taux par la Fed mi-décembre.

3—Le prix du pétrole

Le prix du pétrole a chuté de 17% depuis mi-octobre. Si le prix du baril passe sous la barre des 40 dollars par baril, "c'est susceptible de créer un nouveau stress financier".

4—L'impact de taux d'intérêt élevés

Les ratios cours bénéfices en Europe sont environ 20% au-delà de leur moyenne sur 10 ans, rappelle Deutsche Bank. Si le rendement obligataire continue de grimper, cela va mettre plus de pression sur les actions et l'évaluation de crédit.

5—Un risque exceptionnel lié à Trump

"Le marché s'est jusqu'ici concentré sur des éléments bénins du programme de Donald Trump, mais il reste un risque exceptionnel que ces derniers soient dilués dans le processus législatifs — ou que des aspects moins favorables à l'économie (comme les barrières douanières ou le fait d'appeler la Chine un manipulateur de devises) reviennent au premier plan", écrivent les analystes.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Il y a un secteur qui profite de la défaite d'Hillary Clinton

VIDEO: Voici les erreurs à ne pas commettre quand vous choisissez quelles photos mettre sur Tinder