Iliad (Free) tente de justifier sa perte d'abonnés et écarte une 'erreur stratégique'

Xavier Niel, fondateur et le vice-président du groupe Iliad, maison-mère de Free, lors de la conférence de présentation de la nouvelle box, le 4 décembre 2018. YouTube/Free

Iliad, maison-mère de l'opérateur Free, a perdu 347 000 abonnés en 2018, au cours d'un exercice marqué par un recul de son chiffre d'affaires en France. Néanmoins, la direction de l'entreprise a tenté de justifier cette baisse, en excluant "une erreur stratégique" avec le lancement de la Freebox Delta, comme l'a dit Thomas Reynaud, son directeur général, lors d'une conférence de presse."On n'a pas commis d'erreur stratégique. On prépare l'avenir avec la Freebox Delta. Dans trois-quatre ans, vous voudrez tous avoir la fibre 10G (avec un débit de 10 Gb/s, ndlr). Ça vous paraitra normal", a-t-il affirmé.

Le chiffre d'affaires en France a baissé de 1,9% à 4,77 milliards d'euros. Iliad fait les frais d'une concurrence toujours féroce sur le marché français des télécoms avec à la clef un recul du nombre de ses abonnés mobiles et fixe dans l'Hexagone. Au total, Iliad comptait 19,868 millions d'abonnés à la fin de l'année 2018 contre 20,215 millions un an auparavant. La chute est particulièrement marquée dans le mobile, avec 250 000 abonnés perdus. En 2018, c'est la première fois depuis son lancement que l'opérateur télécoms fondé et contrôlé par Xavier Niel perd des abonnés.

Sans donner de chiffre précis, Iliad annonce que ce recul est surtout issu des abonnés à 2 euros/mois (0 euro/mois pour les abonnés Freebox) sur le mobile et des abonnés en fin de promotion sur le fixe. Contraint à réviser à nouveau à la baisse son objectif de trésorerie pour 2020, l'opérateur télécoms a annoncé qu'il pourrait céder une partie de ses antennes mobiles.

"(...) Le groupe a entamé un processus de revue de ses actifs mobiles et étudie actuellement la possibilité de mettre en œuvre un partenariat industriel avec un fonds d'investissement concernant l'infrastructure passive de son réseau mobile, portant sur environ 5 700 sites mobiles", dit Iliad dans son communiqué de résultats, sans dévoiler l'identité de ce fonds. L'entreprise table désormais sur un cash flow en France de plus de 800 millions d'euros alors qu'il visait un milliard d'euros selon sa dernière prévision.

Les investisseurs ont sanctionné les résultats dans les premiers échanges. Le titre Iliad dévissait de plus de 6% à 9h30 à la bourse de Paris, à 84,94 euros, très loin des 230 euros de mai 2017. Mais à 12h20, le titre était quasi stable, en baisse de 0,66%.

En 2019, Iliad table sur un retour à la croissance en France avec la fin des promotions et le lancement de nouveaux produits. A cinq ans, Thomas Reynaud dit qu'Iliad souhaite "être le meilleur opérateur alternatif avec le meilleur réseau, être sur la 5G, sur le marché entreprise." Pour cela, l'entreprise a fait le pari du très haut de gamme pour reconquérir ses abonnés et de la fibre avec un débit de 10G qui pourrait devenir selon l'entreprise un standard. La semaine dernière, elle a revendiqué plus de 100 000 abonnés à sa nouvelle Free Box Delta moins de deux mois après son lancement. Free a été toutefois contraint de corriger le tir juste avant Noël en dévoilant une version moins coûteuse, dépouillée notamment de l'enceinte Devialet, après avoir été interpellé par une partie de sa clientèle.

C'est depuis l'international que proviennent les signaux positifs pour l'opérateur télécoms. Le chiffre d'affaires a légèrement progressé au global de 0,6% à 4,9 milliards d'euros en 2018, à la faveur de la contribution de ses nouvelles activités en Italie en recrutant 2,8 millions d'abonnés mobiles en 7 mois avec Iliad Italia, fait remarquer le groupe. Au global, son Ebitda a reculé de 1,2% à 1,76 milliard tandis que le résultat net a baissé de 18,5% à 330 millions d'euros.

Enfin, en conflit avec Altice qui lui réclame 6 millions d’euros pour diffuser les chaines de son groupe aux abonnés de la Freebox (BFM TV, RMC Découverte, RMC Story et BFM Business), Free assure que ses abonnés continueront de recevoir les chaînes gratuites alors même que le signal pourrait être coupé dès ce mercredi 20 mars. "On n'a pas encore reçu de vraie proposition commerciale, avec un prix, sur les services à valeur ajoutée, avec le détail, la profondeur du replay, l'exclusivité, la gestion du direct", a affirmé Thomas Reynaud.

Revivez la conférence d'Iliad en direct ci-dessous:

12h08: "L'enjeu est de créer de la différenciation et défendre la valeur de l'accès et des services", dit Thomas Reynaud, insistant sur le potentiel de la fibre avec un débit 10G.

12h03: A cinq ans, Thomas Reynaud dit qu'Iliad souhaite "être le meilleur opérateur alternatif avec le meilleur réseau, être sur la 5G, sur le marché entreprise. C'est un trou dans notre dispositif. On souhaite toujours être aussi innovant et grandir en Italie."

12h: Le passage de quatre à trois acteurs est un serpent de mer dans les télécoms. Interrogé, Thomas Reynaud ne croit pas à la concentration. "Il n'y aura pas de consolidation. C'est la réponse qu'on donne depuis trois ans. On ne déclenchera pas la consolidation. Il n'y a jamais eu de discussion de rapprochement avec un autre acteur. On adresse qu'à peine 50% du marché, pas le marché des entreprises, ni des terminaux mobiles."

11h35: Iliad est actuellement en conflit avec Altice qui lui réclame 6 millions d’euros pour diffuser les chaînes de son groupe aux abonnés de la Freebox (BFM TV, RMC Découverte, RMC Story et BFM Business). "On n'a pas encore reçu de vraie proposition commerciale, avec un prix, sur les services à valeur ajoutée, avec le détail, la profondeur du replay, l'exclusivité, la gestion du direct". L'heure tourne : les chaînes pourraient disparaître de la Freebox TV dès ce mercredi 20 mars. "Mais nos abonnés continueront à recevoir BFM TV", assure pourtant Thomas Reynaud, le DG d'Iliad.

11h30: "On ne lance pas des offres à vie à 5 euros, ça n'a pas de sens économique." Iliad dit que la chute des abonnés concerne essentiellement les forfaits voix à 2 euros.

11h27: Relancé sur la perte d'abonnés, Thomas Reynaud dit qu'avec la Freebox Delta l'entreprise a voulu retrouver "une différenciation" plus importante avec le reste du marché alors que le dirigeant estime que la sensibilité prix a été plus forte de la part des clients sur les box en entrée de gamme.

11h20: Thomas Reynaud réfute l'idée de difficultés du groupe évoquant un contexte et de lourds investissements. "On n'a pas commis d'erreur stratégique. On prépare l'avenir avec la Freebox Delta. Dans trois-quatre ans, vous voudrez tous avoir la fibre 10 G. Ça vous paraitra normal".

11h18: Interrogé sur la typologie des abonnés à la Freebox Delta, Thomas Reynaud répond qu'"on est sur un marché concurrentiel entre le mix et les abonnés existants, on ne le donnera pas." Il ne s'agit en tout cas pas de 100 000 abonnés à 60 euros puisque Free a aussi annoncé une offre Freebox One un peu moins chère, à 40 euros par mois. Le 19 décembre, Free a annoncé une offre Delta S sans le player Devialet.

11h13: Le directeur général d'Iliad se félicite du lancement d'Iliad Italia avec 2,8 millions d'abonnés sur mobile. Il rappelle les objectifs pour 2019 autour du rebond du chiffre d'affaires, la fin des promotions, le lancement de nouveaux produits. 

11h10: Iliad veut faire de la fibre un objet de conquête en France. Sur le mobile, Free dit qu'il a été le premier opérateur en nombre de sites déployés.

11h05: Thomas Reynaud tacle Orange en disant que Free tient ses engagements. "On a un petit camarade qui ouvre tous ses shows avec son assistant vocal. Il n'est toujours pas sorti. Nous, on agit."

11h04 : Le dirigeant se félicite du "succès" de la Free Box Delta avec 100 000 clients en moins de deux mois. Rappelons tout de même que Free a été toutefois contraint de corriger le tir juste avant Noël en dévoilant une version moins coûteuse, dépouillée notamment de l'enceinte Devialet, après avoir été interpellé par une partie de sa clientèle.

11h03 : Thomas Reynaud, directeur général d'Iliad, ouvre la conférence de presse. Il insiste sur une année marquée par la concurrence sur les prix avec les autres opérateurs.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La Freebox Delta est le nouveau produit star de Free — voici nos premières impressions

VIDEO: Cette assiette absorbante rend les plats moins gras