Il y a un secteur immobilier en particulier qui est dans une forme 'éblouissante' — et c'est grâce aux investisseurs anglo-saxons

Esplanade du quartier d'affaires de la Défense, près de Paris. Pixabay/castigatioxes

Le marché français de l'immobilier d'entreprise a réalisé une "performance impressionnante" au premier semestre 2018, d'après une note de Savills, un des leaders mondiaux du conseil en immobilier, publiée le 27 août. 

Avec plus de 12,5 milliards d'euros investis en six mois en France, le marché affiche une hausse de 27% par rapport au premier semestre 2017. Ce que Savills qualifie comme étant "éblouissant". 

"A l'exception de 2016, année record en termes de volumes investis, jamais un tel résultat n'avait été atteint", souligne le cabinet alors même que les grands marchés voisins sont en baisse. Au Royaume-Uni, les investissements en immobilier d'entreprise reculent de 9%, en Allemagne la baisse est de 8%, tandis que l'Italie et l'Espagne décrochent avec respectivement une baisse de 29% et 45%.

L'Ile-de-France en tête

Le marché français est tiré par l'attractivité de la région Ile-de-France, qui concentre 73% des investissements pour près 9,3 milliards d'euros, avec des montants investis en hausse de 61%.

L'immobilier de bureaux est particulièrement à la fête attirant 82% des investissements en Ile-de-France, laissant des miettes aux commerces (10%), aux services (7%) et à l'industrie (1%). En province, les montants sont répartis différemment: 30% pour les bureaux, 29% pour les commerces et l'industrie et 11% pour les services.

Concernant l'origine des fonds, "les investisseurs français restent majoritaires mais perdent du terrain", constate Savills.

De plus en plus d'investisseurs étrangers

Les investisseurs internationaux sont séduits par "la stabilité et l’orientation pro-business de la France et confiants dans la résilience du marché locatif, notamment en région parisienne, avec sa forte activité transactionnelle, sa vacance très faible et ses loyers qui progressent plus vite que l’inflation", écrit encore Savills. 

De fait, plusieurs fonds européens ont augmenté la part de la France dans la composition de leurs portefeuilles. "C’est tout particulièrement le cas des investisseurs anglo-saxons, qui ont une puissance financière considérable", notent les auteurs de l'étude.

Ainsi, la part des volumes investis par des investisseurs internationaux dans le marché français est passée en un an de 36% à 42%. Les Allemands sont notamment passés de moins de 8% à 14% des volumes, les Britanniques de 3% à 10% et les Etats-Unis de 2% à 8%.

De son côté, la part des investissements français diminue en raison entre autres de la prudence des fonds de placement, confrontés à la baisse de la collecte d'épargne immobilière suite notamment à la mise en place de l'IFI, l'impôt sur la fortune immobilière, en lieu et place de l'ISF.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voici les 11 grandes métropoles les plus chères pour se loger

VIDEO: Voici ce qui se produit dans votre cerveau et votre corps quand vous devenez vegan