Immobilier : la BCE ne relèvera pas ses taux en 2019 et ça va profiter aux emprunteurs

REUTERS/Susana Vera - RC1B5B6AEA40

La Banque centrale européenne (BCE) conserve une approche prudente, dans un contexte de ralentissement de l'économie de la zone euro. Elle a confirmé, jeudi 7 mars, ce dont on se doutait déjà : elle laissera ses taux inchangés jusqu'à la fin de l'année 2019. L'institution de Francfort précisait auparavant qu'elle ne relèverait pas ses taux avant l'été. Cette échéance est finalement repoussée à 2020. 

La décision de la BCE est une bonne nouvelle pour ceux qui souhaitent réaliser un achat immobilier et contracter un prêt à cette occasion. "C'est une raison de plus pour que les taux restent très bas", souligne Maël Bernier, directrice de la communication du courtier Meilleurtaux.com. "Les OAT 10 ans (emprunts d'Etat sur 10 ans, ndlr) se sont effondrés au mois de février, après être restés pendant longtemps autour de 0,70%-0,80%", ajoute-t-elle.

Les annonces de la BCE vont favoriser le maintien de ces taux, qui servent de référence au secteur bancaire, à un niveau particulièrement bas. Par ricochet, les taux offerts par les banques aux emprunteurs vont donc rester faibles. Meilleurtaux a déjà constaté des baisses "assez franches, comprises entre 0,05% et 0,15% selon les établissements", à partir des grilles tarifaires de fin février et début mars, avec des taux moyens proposés de 1,35% sur 15 ans, de 1,55% sur 20 ans et de 1,75% sur 25 ans. 

Les taux affichés battent même les records d'octobre 2016, précise le courtier en ligne. Les banques cherchent notamment à attirer les emprunteurs en début d'année pour être en ligne avec leurs objectifs. "Mars-avril est une grosse période de transactions immobilières, c'est le premier temps fort immobilier de l'année", explique Maël Bernier. 

Outre le maintien des taux de la BCE à des niveaux très bas — les banques peuvent par exemple emprunter gratuitement des liquidités auprès de l'institution (à un taux de 0%) — les établissements financiers de la zone euro vont bénéficier de nouveaux prêts massifs de la part de la Banque centrale, à partir de septembre prochain et jusqu'en mars 2021.

L'objectif de la BCE est de "préserver des conditions de crédit favorables" et "une transmission harmonieuse de la politique monétaire", soit une bonne redistribution des liquidités sous la forme de crédits pour les entreprises et les ménages. 

"C'est encore une bonne nouvelle pour les taux, qui vont demeurer très bas", conclut Maël Bernier.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La Banque centrale européenne laisse sa politique monétaire inchangée en dépit du ralentissement de la zone euro

VIDEO: Voici à quoi ressembleront la livraison et le transport en voiture autonome selon Renault