Avions cargo du transporteur américain FedEx. Facebook/FedEx

Après des mois de suspense, Alibaba a officiellement choisi l'aéroport de Liège, en Belgique, pour installer un hub logistique. Le contrat a été signé le 5 décembre dernier avec les autorités locales et aéroportuaires. 

La filiale logistique d'Alibaba, Cainiao Smart Logistics Network, a obtenu 22 hectares pour construire un entrepôt qui devrait être opérationnel à partir de 2021. 

Ces 22 hectares sont considérés comme faisant partie des meilleurs terrains de l'aéroport, "à proximité de la piste d'atterrissage", a constaté le journal belge L'Echo.

Or, FedEx, jusqu'alors principal client de l'aéroport — après le rachat de TNT en 2016 —, lorgnait ces terrains. Le service courrier du transporteur américain, implanté depuis 1998 dans la partie sud de l'aéroport, est en effet presque arrivé à sa capacité maximale et ces terrains situés au nord auraient pu lui permettre d'augmenter de 50% son activité. Des négociations en ce sens étaient même en cours depuis deux ans.

Mais l'attribution des 22 hectares à Alibaba rend désormais l'affaire impossible et risque même de compromettre les bonnes relations que FedEx avait avec l'aéroport de Liège. 

"Nous ne sommes pas l'épouvantail qui souhaite repousser Cainiao", se défend tout de même FedEx dans l'Echo.  

Las, il semble que son éviction passe vraiment assez mal. D'après l'Echo, FedEx songerait à nouveau aujourd’hui à transférer une partie de son transport de fret à Paris. L'américain pourrait ainsi optimiser son réseau, comme prévu en 2016, lors de la reprise de TNT Express.

L'aéroport de Liège — détenu à 25% par une filiale d'Aéroport de Paris —, spécialisé dans le cargo, présente toutefois un grand nombre d'atouts pour des logisticiens. Il est ouvert 24h sur 24 et est desservi par un vaste réseau routier.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le géant chinois Alibaba passe à l'offensive en Europe — et sa première cible est désormais connue

VIDEO: Voici les premiers petits boulots de grands businessmen