Ingenico est à la fête à la Bourse de Paris, alors que le marché est globalement orienté à la baisse. Le spécialiste des solutions de paiement est convoité à la fois par la banque Natixis et le groupe Edenred, expert des services prépayés comme le Ticket Restaurant.

L'appétit des deux sociétés fait grimper le cours de l'action. A la clôture de la place parisienne, le titre Ingenico bondit de 7,85%, à 67,66 euros.

Dans la matinée, la valeur s'est même envolée de 12%.

Cours de l'action Ingenico à la clôture de la Bourse de Paris, jeudi 11 octobre 2018. Ingenico

"Natixis et Edenred ont chacun envoyé des lettres exprimant une marque d'intérêt pour Ingenico au début de l'été", a indiqué une source proche du dossier à Reuters. "Ingenico a des échanges avec Natixis mais n'a pas démarré de discussion avec Edenred."

Une seconde source a dit s'attendre à une bataille d'enchères entre Natixis et Edenred, ajoutant que ce dernier préparait une offre ferme.

"Natixis confirme son intérêt à explorer la logique d'un rapprochement industriel de ses activités de paiement avec celles du groupe Ingenico et avoir des discussions préliminaires en cours sur ce sujet", a précisé la filiale cotée du groupe bancaire BPCE dans un communiqué.

Edenred s'est de son côté refusé à tout commentaire pour le moment. Et Ingenico a confirmé dans un communiqué "avoir fait l'objet d'approches préliminaires en vue d'une opération stratégique", sans préciser par qui.

L'action Natixis chute

Pour les analystes de Jefferies, un rachat d'Ingenico - valorisé en Bourse environ quatre milliards d'euros avant la flambée du titre jeudi - pourrait constituer une opération délicate à financer pour Natixis, dont la capitalisation boursière s'élève à près de 18 milliards d'euros.

"Ce n'est pas une surprise pour nous de voir Natixis regarder des acquisitions dans le secteur des paiements", soulignent ces analystes tout en jugeant que "le retour pour les actionnaires de Natixis n'est pas évident."

Cette transaction devrait remettre en cause le dividende spécial potentiel de 1,5 milliard d'euros attendu de la vente récente des activités de détail, notent de leur côté les analystes de Kepler Cheuvreux.

Le titre Natixis a chuté de 4,62% en Bourse ce jeudi, à 5,37 euros, tandis qu'Edenred a reculé de 3,13%, à 30,62 euros.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les marchés européens s'affichent dans le rouge après la chute de Wall Street et des Bourses asiatiques

VIDEO: Comment Comic Con est devenu un phénomène mondial