• L'Insead, la deuxième meilleure école de commerce dans le monde, a suspendu sa "semaine d'accueil" après des plaintes d'étudiants. 
  • Deux nouveaux étudiants de la grande école française se sont plaints qu'ils avaient dû passer par des rituels d'initiation "humiliants" au cours de cette semaine, rapporte le Financial Times. 
  • Des détails de l'incident n'ont pas été révélés mais il est sujet à une enquête par le comité national français contre le bizutage. 

L'Insead, l'une des écoles de commerce les plus prestigieuses du monde, a suspendu sa "semaine d'accueil" pour le programme de MBA après que deux étudiants se sont plaints d'avoir dû passer des rituels d'initiation "humiliants" pendant la semaine. 

L'école, basée à Fontainebleau, a pris la décision de suspendre cette semaine d'intégration après que des étudiants ont dit qu'ils avaient été "piégés" dans les initiations, même si les détails de ce que cela implique n'ont pas été révélés au public. 

Rapporté en premier par le Financial Times, l'incident a été porté devant le Comité National contre le bizutage.

Selon le FT, l'incident semblerait représenter une menace pour le renouvellement de l'accréditation académique officielle de l'Insead, qui doit se faire très bientôt. 

L'Insead, classée deuxième dans le monde pour ses MBA dans les classements QS et FT, organise depuis longtemps des initiations non-officielles pour ses étudiants, avec l'idée générale de dégonfler l'égo des nouveaux arrivants, beaucoup d'entre eux ayant début une carrière lucrative et à succès dans le monde des affaires avant de s'embarquer dans ce programme de MBA. 

Parmi les rites d'initiation, figurerait notamment le fait de piéger les étudiants pour qu'ils rejoignent des clubs de sports fictifs qui exigent qu'ils passent des épreuves physiques exténuantes, souvent jusqu'à qu'ils en deviennent malades. 

Alors que l'université prend les plaintes au sérieux, la décision de suspendre la semaine d'accueil n'est pas très bien passée parmi les anciens étudiants de l'université. Selon le site eFinancial Careers, certains anciens élèves auraient commencé à qualifier la nouvelle promotion de "mauviettes" et de "pleurnichards". 

L'un d'eux, cité par eFinancial Careers, a dit que "ceux qui se sont sentis humiliés pendant la semaine d'accueil sont ceux qui étaient imbus d'eux-mêmes."

Les anciens élèves interrogés par le Financial Times ont tenu le même discours. Reshma Sohoni, diplômé de l'école en 2003, a confié au journal financier: "Il y a toujours une ou deux personnes qui sont fâchées car elles ont été humiliés mais je pense que ça construit la personnalité. C'est vraiment le fait de ne pas trop se prendre au sérieux."

L'école a reconnu les sentiments exprimés par ses anciens élèves mais a dit que le bien-être des étudiants devait être la première priorité de toutes.

Dans une lettre adressée aux anciens, le doyen Ilian Mihov a dit que l'école devait mettre fin à la semaine d'accueil pour se conformer à l'enquête concernant la plainte. 

"Nous comprenons que la communauté des anciens élèves tient beaucoup à cette tradition de semaine d'accueil", a écrit Mihov, selon le Financial Times. 

"Toutefois, la santé et le bien-être des étudiants représentent notre première priorité et la semaine d'accueil ne peut se poursuivre, si cela conduit des étudiants à déposer une plainte officielle."

Version originale: Will Martin/Business Insider UK

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voici les 29 diplômes d'écoles de commerce les plus puissants du monde

Voici la seule femme noire avec une émission quotidienne sur une chaîne d'information câblée aux Etats-Unis