La croissance française repart au 3e trimestre mais c'est un peu moins que prévu

Les dépenses de consommation des ménages ont repris en France au dernier trimestre. Business Insider France/Elisabeth Hu

La croissance de l'économie française progresse de 0,4% au troisième trimestre 2018 selon les premières estimations de l'Insee publiées ce mardi 30 octobre, un rythme deux fois plus fort que celui de 0,2% enregistré au premier comme au deuxième trimestre.

Toutefois, cette hausse du PIB est inférieure aux dernières prévisions, notamment celle de la Banque de France qui tablait sur une croissance de 0,5%.

Voici les principaux points évoqués par l'Insee pour expliquer ses estimations:

  • La hausse de ce troisième trimestre est tirée par les dépenses de consommation des ménages, en hausse de 0,5% (après -0,1%) — ce qui est malgré tout un peu moins que ne le prévoyait l'Insee (0,7%). La consommation en biens rebondit particulièrement +0,6% (après -0,4%), tandis que celle des services présente une hausse plus mesurée et que les dépenses alimentaires se stabilisent.
  • Dans le détail, l'institut note un rebond des dépenses en énergie de 0,4% après un recul de 2,2% au deuxième trimestre, au cours duquel les températures étaient supérieures aux normales de saison. Les dépenses de transport sont aussi en forte hausse +3,7% (après -2,9%), consécutives aux grèves de la SNCF au printemps. 
  • En revanche, l'investissement des ménages —principalement les dépenses en logement neuf— affiche sa première baisse depuis le printemps 2015: -0,2% en lien avec le recul des mises en chantier. 
  • De son côté, la production de biens et de services accélère de 0,7% (après 0,3%) et l'investissement des entreprises reste dynamique +1,4% (après +1,3%). 
  • Le commerce extérieur contribue aussi positivement à la croissance du PIB. Les exportations augmentent de 0,7% au troisième trimestre (après 0,1%) et les importations ralentissent +0,3% (après +0,7%). Au total, les échanges extérieurs contribuent de 0,1 point à la croissance ce trimestre. 

Dans sa dernière note de conjoncture, l'Insee a indiqué avoir ramené sa prévision sur l'ensemble de 2018 de 1,7% à 1,6% pour tenir compte du "trou d'air" du premier semestre.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les femmes créent moins d'entreprises mais elles durent plus longtemps

VIDEO: J'ai sauté le petit-déjeuner pendant 2 semaines — voici pourquoi je ne le ferai plus jamais