Instagram doit faire face à un énorme problème. De nombreux produits contrefaits transiteraient via sa plateforme. Et de nouvelles données indiquent que le phénomène ne fait qu'empirer. Un rapport de la société d'analyse Ghost Data, publié le 9 avril, nous plonge dans ce monde parallèle de la vente de produits de mode contrefaits sur Instagram. Selon ce rapport, les ventes de contrefaçons d'articles de prêt-à-porter ont considérablement augmenté depuis 2016.

D'après Ghost Data, le nombre de comptes actifs proposant des articles frauduleux sur Instagram a augmenté de 171% au cours des trois dernières années. En 2016, ces comptes ont publié plus de 14,5 millions de messages proposant des produits contrefaits. En 2019, le nombre de publications frauduleuses est passé à 64 millions – une hausse de plus de 341%, selon le rapport.

Les analystes de Ghost Data estiment que le phénomène a fortement "gagné en intensité". "La vente en ligne d'articles contrefaits et de faux produits de luxe est devenue une économie souterraine valant plusieurs milliards de dollars. Une économie qui exploite le succès et les fonctionnalités de l'application Instagram". Au total, le business de la contrefaçon rapporte environ 1000 milliards de dollars par année, et ce chiffre ne cesse d'augmenter.

Dans son rapport, la société Ghost Data cite des exemples de comptes vendant des articles contrefaits. Ghost Data

Ces informations tombent au mauvais moment pour Instagram, qui a dévoilé il y a quelques jours sa stratégie pour devenir une plateforme de choix en matière d'achats sur Internet.

La société, détenue par Facebook, a récemment mis à jour son interface avec un nouveau bouton qui permet à ses utilisateurs d'acheter facilement des produits visibles sur son flux sans avoir à quitter l'application. Un groupe d'analystes de la Deutsche Bank a estimé que cette nouvelle fonctionnalité pourrait générer des revenus à hauteur de 10 milliards de dollars (9 milliards d'euros) rien que pour l'année 2021.  

À la fois cachés et à la vue de tous

Les Stories Instagram, courtes vidéos publiées par les utilisateurs du réseau social qui disparaissent au bout de 24 heures, ont facilité la tâche des marchands peu scrupuleux en leur permettant de faire la publicité de leurs produits contrefaits sans laisser la moindre trace écrite indélébile. Ces vendeurs ne sont plus "cachés dans des 'souks' lointains ou confinés à des marchés de quartiers dits sensibles", souligne le rapport de Ghost Data. "Ils sont à la fois cachés et à la vue de tous".

Contacté par Business Insider US, un porte-parole d'Instagram a déclaré :

"Nous souhaitons que notre communauté d'utilisateurs ait de bonnes expériences avec l'achat et la vente sur Instagram. Et nous prenons très au sérieux le respect des droits en matière de propriété intellectuelle ainsi que les problèmes liés aux contrefaçons.

Nous incitons fortement nos équipes à supprimer de manière active les contenus faisant la publicité de produits contrefaits et à bloquer les personnes responsables sur notre plateforme. Nous avons consacré davantage de ressources dans notre programme mondial de notification et de retrait afin d'accélérer le processus de traitement des signalements des ayant droits.

Désormais, nous répondons régulièrement aux signalements de contenus frauduleux dans un délai d'un jour, voire en seulement quelques heures. En outre, nous continuons à lutter de manière proactive contre les contenus inappropriés, y compris les contenus susceptibles de faire la promotion de contrefaçons, grâce à des outils sophistiqués de détection et de blocage de spams".

Ces problèmes ne se cantonnent pas à Instagram. L'an dernier, une enquêté menée par Business Insider US avait révélé que Facebook était confronté à des défis similaires sur sa plateforme Marketplace, où les utilisateurs ont toute la latitude pour acheter et vendre presque tout ce qu'ils veulent. Ce qui a donné lieu à la vente de contrefaçons de vêtements de créateurs.

De plus, ces marchands passent par d'autres applications pour communiquer avec les clients et effectuer le paiement. Pour ce faire, selon Ghost Data, les plateformes préférées des vendeurs peu scrupuleux d'Instagram sont WhatsApp, WeChat Pay, PayPal et Venmo. Ensuite, la grande majorité d'entre eux utilisent EMS Global Delivery Network ou DHL pour expédier les commandes aux clients.

Enfin selon le rapport des analystes, la Chine se classe au premier rang des pays d'origine des vendeurs de contrefaçons sur Instagram. Elle est suivie par la Russie, l'Indonésie, l'Ukraine, la Turquie et la Malaisie. Louis Vuitton, Chanel, Gucci et Nike sont les marques de prêt-à-porter les plus contrefaites.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Instagram cache le nombre de likes chez certains utilisateurs, voici pourquoi

VIDEO: Cet oreiller de voyage devrait résoudre un problème fréquent des coussins classiques pour le cou