Apps et plateformes

LA FIN DES APPLICATIONS : Comment Apple, Facebook et Google se préparent à l'évolution des expériences mobiles - et ce que cela signifie pour les marques et les éditeurs de contenu.

Infos

Tarif : 395 € TTC


 Une étude rédigée par
Laurie Beaver

Publiée le 29 Mar 2018

Disponible en français et en anglais.

26 pages


Formats

PDF HTML Excel

POINTS CLÉS

  • Les acteurs principaux de la tech sont à la recherche de stratégies pour dépasser la crise de l’engagement. Les utilisateurs téléchargent moins d’applications sur leurs téléphones et passent moins de temps sur celles qu’ils choisissent d’installer.
  • C’est un gros problème pour Google, Apple, Facebook, et les entreprises qui s’appuient sur un écosystème d’applications pour atteindre une audience conséquente. Afin de dépasser ce défi, chacun des géants de la tech a mis en place une stratégie basée sur ses atouts.
  • Google mise sur Instant Apps pour Android, apportant l’expérience d’une application native sur le web mobile. Avec les Instant Apps, les usagers peuvent en effet n’utiliser que des portions ciblées d’une application. Grâce aux « deep links », ces liens qui pointent vers une page en particulier, ils peuvent n’utiliser qu’une partie de l’application, sans avoir à la télécharger dans son intégralité. Les Instant Apps permettent aux développeurs de mettre en avant la partie la plus importante de leur application, et de la rendre plus accessible aux utilisateurs.
  • Facebook explore les mini applications dans Messenger et le fil d’actualités. Cela vient se placer au cœur de la stratégie de Facebook qui souhaite devenir un portail universel à travers lequel les utilisateurs de téléphone portable occidentaux se connectent. Ils comptent tirer profit des mêmes stratégies d’engagement ayant permis le succès des applications classiques.
  • Apple parie sur iMessage pour intégrer des applications dans la fonction native de messagerie d’iOS. La dominance des applications de discussion est sans doute en partie ce qui a motivé la décision d’Apple d’ouvrir iMessage, l’application native d’échange de messages sur IOS, à des développeurs, leur permettant d’ajouter des stickers, et d’isoler les caractéristiques de certaines applications pour permettre aux utilisateurs de les utiliser directement dans l’interface d’iMessage.
  • Les marques sont prêtes à tirer parti de l’extrême popularité de l’engagement sur les applications. Plutôt que de se limiter aux applications et à la navigation internet pour être visibles aux yeux des consommateurs, les entreprises disposent maintenant de divers moyens pour toucher leur audience.
  • Mais il existe de nombreux obstacles dans l’adoption par les utilisateurs, qui pourraient limiter l’impact général de ces expériences « post-app ». On peut notamment citer, un manque de sensibilisation des utilisateurs, des budgets limités pour les développeurs et des cas d’utilisation peu clairs.

INTRODUCTION 

En 2009, Apple a inventé l’expression « il y a une App pour ça », et en six ans, sa prophétie s’est réalisée. Les applications sont devenues l’usage principal devant les navigateurs sur smartphones et [...]