Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Intermarché attaque directement Amazon dans sa pub pour son 'drive solidaire'

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Intermarché attaque directement Amazon dans sa pub pour son 'drive solidaire'
L'entrée d'un supermarché à Noiretable dans la Loire © Wikimédia commons

"Désolé Amazon". Intermarché affiche ce message en lettres capitales dans une campagne de publicité diffusée ce jeudi à la fois à la radio et dans les grands journaux de la presse quotidienne. Cette communication, dévoilée par le blog "Je bosse en grande distribution", annonce la création d'un "drive solidaire" par l'enseigne. Ce dernier permet aux librairies indépendantes de référencer gratuitement leurs ouvrages sur le site d’Intermarché, pour continuer à les vendre. Ce bras de fer contre Amazon ne s’arrête pas là. En effet, l’entreprise de grande distribution entend faire bénéficier “d’autres commerces de proximité” de son service. “Sorry Jeff”, a ainsi ajouté l’équipe de communication de la grande surface, clin d’oeil au milliardaire Jeff Bezos, directeur général d’Amazon.

Cette communication d'Intermarché intervient après le conseil des ministres du 29 octobre, à l’issue duquel la fermeture des librairies pendant le confinement avait été décrétée. Cette décision a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux, parmi les petits commerçants et dans la sphère politique. Pour calmer le jeu, le Premier ministre Jean Castex a annoncé le 3 novembre que la vente de produits "non-essentiels" serait interdite dans les supermarchés, afin de limiter la concurrence pour les petits commerçants. Cette décision n'a pas suffi à calmer la polémique, certains reprochant toujours à Amazon de faire de l’ombre aux libraires. C’est le cas notamment de la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, qui a encouragé les lecteurs à acheter leurs livres par le biais du "click and collect" d'une boutique, ou par voie postale. "Amazon se gave, à nous de ne pas les gaver", avait-elle ajouté sur LCI.

A lire aussi - Les commandes de livres qui arrivent en librairie auront des tarifs postaux plus bas

'Amazon, c’est 20% de l’ecommerce'

Pour Cédric O, secrétaire d’Etat chargé du Numérique, "la psychose française sur Amazon n'a aucun sens". "L'ecommerce, c'est 10% du commerce en France; Amazon, c'est 20% du e-commerce", avait-il réagi mercredi au Sénat. Une information confirmée à l'AFP par Frédéric Valette, directeur du service Distribution de Kantar, spécialiste des études de marché. Ce dernier estimait la part d'Amazon dans l’ecommerce français à 22%, "sans compter les grandes surfaces dans l’équation".

Intermarché n'est en tout cas pas le seul à vouloir titiller Amazon, au moins sur le terrain de la communication. Le magasin Joué Club a également lancé une campagne pour promouvoir ses services de vente en ligne et retrait en magasin dans un communiqué diffusé sur Linkedin ce matin. L'enseigne affirme que "le Père Noël vit en Laponie pas en Amazonie"...

A lire aussi - Près d'1 Français sur 3 fait des achats sur Amazon dans l'année

Découvrir plus d'articles sur :