Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Intermarché et Système U continuent de progresser, Leclerc à la peine

Intermarché et Système U continuent de progresser, Leclerc à la peine
Entrée de l'Intermarché de Gournay-en-Bray en Seine-Maritime (76), en mai 2020. © Business Insider France/Claire Sicard

Le confinement terminé, la grande distribution compte les gagnants et les perdants de ces derniers mois. Et le grand vainqueur pour la période du 20 avril au 17 mai, qui comprend les trois dernières semaines de confinement, est le groupement Les Mousquetaires (Intermarché, Netto) avec une part de marché à 16,5%. Soit un gain de + 1,5 point par rapport à l'année précédente selon les données de l'Institut Kantar*. C'est la plus forte progression du secteur sur ces dernières semaines, dans la même ligne que le mois précédent où la hausse de sa part de marché était déjà de + 1,7 point.

Ces bons résultats s'expliquent en partie par les nouveaux modes de consommation des Français pendant le confinement, et notamment les commandes en ligne, que ce soit pour un drive ou une livraison à domicile. Elles ont en effet augmenté, sur l'ensemble des enseignes, de 3,3 points de part de marché, atteignant 9,6% des ventes sur la période, toujours selon Kantar. Une dynamique qui a permis de recruter 2 millions de foyers supplémentaires. Avec le plus grand parc de drive en France, Intermarché en a mécaniquement profité.

Système U et Lidl progressent, c'est plus compliqué pour Leclerc

Autre gagnant de la période, le groupement U (Système U) qui gagne 0,6 point, atteignant 11,2% de part de marché à fin mai. Ces chiffres confirment la bonne tendance du mois précédent, la part de marché de l'enseigne ayant progressé alors de + 0,7 point. Comme pour Intermarché, le chiffre d'affaires des drives de l'enseigne pèse dans la balance. Mais les bons résultats des supermarchés et magasins de proximité, qui ont progressé pour le total des distributeurs de + 1,7 points, ont aussi aidé Système U.

Lidl reprend aussi des couleurs. Après des mois de progression, l'enseigne allemande avait perdu 0,1 point de part de marché sur la période précédente par rapport à 2019 et ainsi marqué le pas. Une tendance qui s'inverse puisque entre le 20 avril et le 17 mai dernier, Lidl enregistre un gain de + 0,6 point avec une part de marché à 6,6%. Grâce à son image prix, le distributeur a su reconquérir des clients malgré la période difficile et sans l'aide du drive ou de la livraison à domicile puisqu'il n'en propose pas.

À lire aussi — Des magasins La Halle pourraient être repris par Lidl

Si Intermarché, Système U et Lidl ont de quoi se réjouir, c'est la soupe à la grimace chez leurs concurrents. L'institut Kantar ne communique pas de données sur les évolutions à la baisse des enseignes, mais Olivier Dauvers, spécialiste de la grande distribution, a publié les informations sur son site internet. Et au jeu des perdants, on retrouve le groupe E.Leclerc, d'habitude abonné à une part de marché en croissance. Après avoir perdu 0,7 point lors de la période précédente, le distributeur perdrait encore 0,6 point de part de marché du 20 avril au 17 mai. Deux mois de suite à la baisse sont suffisamment significatifs pour être notés, même si l'enseigne reste bien sûr leader du secteur avec 21,3% de part de marché.

À lire aussi — Leclerc dans le top 10 mondial des plus fortes marques de distribution

La malédiction des hypermarchés pour Auchan, Casino et Carrefour

Le groupe Auchan semble aussi suivre la même tendance que Leclerc, toujours en baisse mais un peu moins qu'à la période précédente : après avoir perdu 0,7 point de part de marché entre le 23 mars et le 19 avril dernier, l'enseigne a de nouveau perdu 0,6 point sur les semaines suivantes.

Les nouvelles sont encore pires pour Casino et Carrefour qui ne semblent pas amorcer de reprise. Le groupe Casino, qui avait une part de marché stable le mois dernier grâce aux résultats de ses magasins de proximité pendant le confinement (Franprix et Monoprix notamment), a vu sa part de marché se contracter de 0,8 point entre le 20 avril et le 17 mai dernier. Et les nouvelles ne sont pas meilleures pour le groupe Carrefour : pour le deuxième mois consécutif, la part de marché du distributeur baisse de 1 point.

Ces trois distributeurs paient le poids important des hypermarché au sein de leur parc de magasin. Pendant la période de confinement, les Français ont fui ces magasins grand format. Leur part de marché a reculé de presque 7 points du 20 avril au 17 mai, entraînant la perte de 2,2 millions de foyers clients selon Kantar.

Pour Auchan, par exemple, le poids de ses hypermarchés en France est passé sous celui de Lidl, à 6,5% de parts de marché contre 6,6% pour l'enseigne allemande. En 2015, selon les informations d'Olivier Dauvers, c'est Auchan qui faisait la course en tête à 8,1% contre 5,1% seulement pour Lidl. Mais rien n'est jamais figé dans le secteur et les lignes pourraient encore bouger dans les semaines à venir : les ventes dans les hypermarchés seraient reparties à la hausse depuis la fin du confinement.

*Les données de Kantar portent sur l'évolution des dépenses concernant les Produits de Grande Consommation (PGC) et Frais Libre-Service (FLS), c'est-à-dire l'alimentaire, l'hygiène, la beauté et l'entretien, sur la période du 20 avril au xxxx mai 2020, par rapport à la même période l'année précédente.

À lire aussi — Les Français retrouvent les hypermarchés avec le déconfinement mais freinent sur leur panier moyen

Business Insider