Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Voici le repas étoilé au guide Michelin le moins cher du monde, il coûte environ 2€

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


© Katie Warren/Insider

Un restaurant étoilé au guide Michelin évoque des nappes blanches et des prix exorbitants. Mais à Singapour, une étoile au Michelin peut prendre la forme d'un repas décontracté à 2 euros servi dans une assiette en plastique. Hawker Chan, un restaurateur de street food à Singapour, vend le repas étoilé au Michelin le moins cher du monde : un plat de poulet et de riz qui coûte 3 dollars de Singapour, soit 1,87 euro.

Le fondateur et chef, Chan Hon Meng, a reçu pour la première fois une étoile au Michelin dans le premier guide de Singapour en 2016, et a reçu une étoile chaque année depuis, à l'exception de 2020, année où le guide Michelin de Singapour a été annulé en raison de la pandémie de Covid-19. Chan Hon Meng a ouvert deux autres établissements à Singapour et des franchises dans six autres pays.

À lire aussi — Le chef Pierre Gagnaire en 10 chiffres méconnus

Au cours des trois mois qui se sont écoulés depuis que j'ai déménagé à Singapour pour le travail, j'ai mangé du riz au poulet plusieurs fois. C'est un plat omniprésent dans les "hawker centers", les célèbres centres de street food de la ville, et c'est même l'un des plats nationaux officiels de la ville-État.

Mais je savais que je devais essayer ce que l'on dit être le meilleur riz au poulet de l'île. Récemment, je me suis donc rendue chez ce célèbre restaurateur du quartier chinois de Singapour pour voir de quoi il retournait.

Le repas étoilé au Michelin le moins cher du monde est servi dans une humble échoppe à Singapour.

L'étalage de Chan en 2016, l'année où il a reçu sa première étoile Michelin.  Kyle Malinda-White/picture alliance via Getty Images

Chan Hon Meng, né de parents agriculteurs en Malaisie, a ouvert Liao Fan Soya Sauce Chicken Rice & Noodle dans un hawker center de Singapour en 2009.

Depuis, Chan a raccourci le nom de l'échoppe en Hawker Chan, a ouvert deux autres sites à Singapour et s'est associé à Hersing Culinary pour ouvrir des franchises à Taïwan, en Malaisie, en Thaïlande, en Australie, aux Philippines et au Kazakhstan.

Les prix commencent à 3 dollars de Singapour, soit environ 1,90 euro, pour le plat de poulet et de riz, et peuvent aller jusqu'à 16 dollars de Singapour (environ 10 euros) pour un poulet entier à la sauce soja.

Une autre échoppe de Singapour, Hill Street Tai Hwa Pork Noodle, détient actuellement une étoile Michelin, mais la gamme de prix commence à 5 dollars de Singapour (3,12 euros), ce qui est légèrement plus élevé.

Chan se réveille tôt le matin pour préparer sa marinade pour le poulet.

Chan Hon Meng, le fondateur de Hawker Chan.  ROSLAN RAHMAN/AFP via Getty Images

Sa routine matinale comprend également "de nombreuses heures de braisage manuel", selon le site Web de Hawker Chan.

Les hawker centers de Singapour, des centres de restauration de rue, font partie intégrante de la culture de la ville-État.

Des personnes au centre Maxwell hawker à Singapour le 17 décembre.  ROSLAN RAHMAN/AFP via Getty Images

Singapour compte plus de 100 hawker centers, qui sont généralement des centres de restauration où l'on vend une variété de cuisines asiatiques à des prix abordables.

En décembre, la culture du hawker à Singapour a même été ajoutée à la liste du patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'Unesco, qui comprend également le yoga en Inde et la culture du sauna en Finlande.

"Ces centres servent de salles à manger communautaires où des personnes d'origines diverses se réunissent et partagent l'expérience de la restauration autour d'un petit déjeuner, d'un déjeuner et d'un dîner", indique la description de la culture hawker de Singapour faite par l'Unesco, qui ajoute : "Évoluant à partir de la culture de la nourriture de rue, les centres de hawker sont devenus des marqueurs de Singapour en tant que ville-État multiculturelle, comprenant des cultures chinoises, malaises, indiennes et autres."

L'étal de Hawker Chan se trouve dans un hawker center très apprécié de Chinatown, un quartier du centre de Singapour.

Katie Warren/Insider

Le Chinatown Complex Market & Food Centre est le plus grand hawker center de Singapour, avec plus de 220 stands de nourriture.

Katie Warren/Insider

Source : Guide Michelin

Lorsque je suis entrée à l'intérieur vers 13 heures, un mardi, il y avait beaucoup de Singapouriens qui prenaient un déjeuner rapide et abordable.

Katie Warren/Insider

Même si chaque stand est numéroté et que je connaissais le numéro de Hawker Chan, il m'a fallu près de 10 minutes pour trouver le stand.

Finalement, j'ai trouvé Hawker Chan, un stand de hawker comme n'importe lequel des centaines d'autres stands.

Katie Warren/Insider

Il était cependant situé en bout d'allée, ce qui permettait à son flanc d'afficher son étoile Michelin et des articles de presse.

Katie Warren/Insider

Un panneau indiquait que l'étal était ouvert de 10h30 jusqu'à épuisement des stocks. Je me suis approchée de l'étal pour commander, mais on m'a dit que la queue était derrière moi.

Il y avait environ 10 personnes qui attendaient dans une queue socialement distante.

Katie Warren/Insider

J'aurais dû m'en douter, car le guide Michelin de Singapour indique qu'il y a "toujours une fille d'attente" à Hawker Chan. D'après ce que j'ai pu voir, la plupart des gens semblaient commander le fameux plat de poulet et de riz pour 3 dollars de Singapour. Comme beaucoup d'échoppes, Hawker Chan n'accepte que les espèces.

Après avoir fait la queue pendant environ cinq minutes, dix autres personnes attendaient derrière moi.

Mais Hawker Chan a manifestement une méthode de travail très précise, si bien que l'attente a été rapide. Chan cuisine lui-même et prépare les plats, tandis qu'un autre employé prend les commandes et les paiements. Un autre employé encore met en boîte les commandes à emporter à l'arrière.

Katie Warren/Insider

Le PDG de Hersing Culinary, Angel Chong, m'a dit plus tard que Hawker Chan servait environ 80 poulets entiers par jour, ce qui correspond à environ 600 portions.

Bientôt, ce fut mon tour. La femme qui a pris ma commande et mon argent était amicale mais très efficace. Chan était concentré sur sa cuisine.

Katie Warren/Insider

Après avoir récupéré leur commande sur un plateau marron, les clients peuvent ajouter de la sauce soja ou de la sauce chili grâce aux bouteilles placées au comptoir.

J'ai attendu moins de 20 secondes avant que mon riz au poulet soit posé devant moi et que la personne suivante s'approche pour commander. Tout est allé si vite que je n'ai même pas eu le temps de prendre une photo de mon plat avant de devoir le ramasser et m'écarter du chemin.

Plateau en main, j'ai trouvé un endroit pour m'asseoir à l'une des nombreuses tables communes du hawker center. La simplicité des sièges ne pourrait pas être plus différente de celle de la plupart des restaurants étoilés au Michelin.

Katie Warren/Insider

Lorsqu'ils notent un restaurant, les inspecteurs du guide Michelin ne s'intéressent pas, en fait, à la décoration intérieure, à la disposition des tables ou à la qualité du service.

Ils examinent plutôt cinq critères : la qualité des ingrédients utilisés, la maîtrise des saveurs et des techniques de cuisson, la personnalité du chef dans sa cuisine, le rapport qualité-prix et la constance entre les visites.

Une étoile Michelin — dont Hawker Chan est titulaire — consacre une cuisine de haute qualité qui vaut le détour.

Chez Hawker Chan, le poulet est mariné et braisé avec de la sauce soja et 10 types d'herbes, puis servi avec des haricots de soja sautés.

Katie Warren/Insider

Selon l'Office du tourisme de Singapour, c'est le riz et la sauce chili qui peuvent "faire ou défaire" le plat. Le riz doit être gras mais pas trop, tandis que le chili doit trouver un équilibre parfait entre piquant et aigre.

Je ne suis qu'une novice en matière de poulet mais, à mon goût, le repas était simple et délicieux à souhait.

Katie Warren/Insider

Le poulet était incroyablement tendre, et la sauce avait une saveur riche et équilibrée. C'était une portion parfaite pour un déjeuner copieux mais pas trop lourd.

Pendant que je mangeais, j'ai observé l'activité du hawker center : certaines personnes mangeaient seules, tandis que d'autres déjeunaient avec des collègues, des amis ou de la famille.

Grâce aux multiples ventilateurs placés dans le hawker center, une brise agréable circulait dans l'espace. Le centre bourdonnait du bruit des plateaux qui s'entrechoquaient, des voix, des rires et du gazouillis occasionnel des oiseaux.

J'ai terminé mon repas en une dizaine de minutes et j'étais prête à retourner au travail, comme beaucoup d'autres qui s'étaient arrêtés au hawker center ce jour-là.

Si je ne peux pas dire que je ne ferai plus jamais de folies pour un repas étoilé dans un restaurant chic, je suis certaine que je n'en ai jamais eu autant pour mon argent qu'au Hawker Chan.

Katie Warren/Insider

Et l'expérience culinaire décontractée fait partie de l'attrait. Comme l'Unesco l'a reconnu avec justesse l'année dernière, les hawker centers de Singapour offrent une qualité intangible de communauté.

Même si je suis nouvellement arrivée à Singapour, et même si je mangeais seule, j'ai ressenti un sentiment de camaraderie avec tous les autres clients. Pour moi, les expériences les plus enrichissantes, en particulier lorsque l'on voyage ou que l'on découvre une nouvelle culture, sont celles qui évoquent l'esprit d'un lieu.

Et d'après ce que j'ai appris au cours de mon bref séjour ici, il n'y a presque rien de plus typiquement singapourien que de manger une assiette de riz au poulet dans un hawker center.

Version originale : Katie Warren/Insider

À lire aussi — Voici pourquoi les insectes vont bientôt se multiplier dans nos assiettes

Découvrir plus d'articles sur :