J'ai supprimé toutes les applis de mon téléphone pendant une semaine, et une en particulier m'a manqué

La semaine dernière, j'ai vécu sans appli sur mon téléphone. J'ai commencé cette expérience pour voir à quel point je pouvais être productive sans la tentation constante de regarder mon téléphone. C'était aussi le point culminant d'autres mesures prises pour prendre mes distances par rapport à mon téléphone : j'ai déjà réussi à abandonner complètement l'envoi de textos, je garde mon téléphone silencieux 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et récemment, j'ai commencé à mettre mon téléphone en mode avion pendant toutes mes journées de travail.

J'ai adoré à quel point ces efforts m'ont rendu beaucoup plus productive. Alors je me suis dit, pourquoi ne pas aller plus loin et supprimer toute tentation d'utiliser les applis sur mon téléphone en les supprimant complètement ? Tout d'abord, j'ai compté toutes les applis que j'avais installées sur mon Samsung Galaxy S9 reconditionné. J'ai compté que j'avais téléchargé 45 applis, plus 30 autres qui étaient pré-installées, telles que Samsung Health.

J'ai pensé au nombre d'applis qui sont réellement utiles et je me suis dit que certaines d'entre elles me manqueraient beaucoup plus que d'autres : Facebook Messenger, qui est mon principal mode de communication écrite et verbale avec mes amis et ma famille — puisque je vis principalement à l'étranger ; Instagram — pour me connecter avec d'autres voyageurs et blogueurs ; Spotify — quand j'ai besoin de me concentrer pendant que je travaille ; Amazon Kindle — car il est peu pratique de transporter des livres physiques de pays en pays ; et Google Chrome — pour des raisons évidentes.

J'aurais aussi voulu supprimer mon appli Gmail, mais comme je travaille à distance, je devais la conserver. Pour ce qui est d'aller sur les réseaux sociaux ou d'autres applis auxquelles je pouvais accéder sur mon ordinateur portable, je me suis dit que ce serait de la triche, alors je me suis promis de ne pas le faire.

Passer une semaine sans applications sur mon téléphone n'était pas aussi simple que prévu

Ayant réussie mon expérience consistant à rester en mode avion pendant une semaine, et vue que j'en ai fait un mode de vie, je pensais que me passer d'applis ne serait pas trop difficile. J'avais tort. Au bout d'une heure, je me demandais comment j'allais tenir plusieurs heures, voire plusieurs jours.

Bien que je pense que la technologie sépare généralement souvent les gens plus qu'elle ne les relie, j'ai rapidement commencé à ne plus savoir ce qui se passait dans le monde, ainsi que dans celui de mes amis. C'était comme une version agrandie de la FOMO, ou "fear of missing out" (la peur de rater quelque chose).

Au début, je me surprenais à regarder mon téléphone et à aller dans mes applis, puis je me rendais compte qu'elles n'étaient plus là. Comme avec n'importe quel type de désintoxication, la tentation est un sentiment naturel — je ne peux pas simplement réinstaller Messenger pendant une seconde pour vérifier avec un tel et une telle ? Pendant les trois premiers jours, c'est exactement ce que j'ai fait, réinstaller, puis supprimer Messenger quelques fois par jour, en me trouvant une excuse à chaque fois.

J'ai fait la même chose avec Spotify. Parfois, quand je travaillais, j'en avais besoin pour éviter les distractions au café. Cependant, là où ma discipline a échoué avec des applis comme Messenger et Spotify, elle a réussi quand il s'agissait d'Instagram, que je n'ai pas réinstallé et pas du tout consulté.

Je n'ai pas non plus tenu compte du fait que, lorsque vous supprimez toutes les applis, il ne s'agit pas seulement des réseaux sociaux — il y a aussi celle de votre banque, celle qui vous sert à lire les actualités et celle qui vous sert à communiquer (Messenger). Ensuite, il y avait d'autres applis que j'avais prises pour acquises : Headspace, une application de méditation qui m'aidait à réduire mon insomnie ; mon application Subliminal Vision Board, à laquelle je réfléchissais chaque jour ; et Gratitude, une application pour tenir un journal que j'utilisais avant de me coucher chaque soir.

Mais à la fin de la semaine, l'application qui me manquait le plus n'était pas celle à laquelle je m'attendais.

Au fur et à mesure que la semaine avançait, je me retrouvais à utiliser mon téléphone de moins en moins.

Étonnamment, l'appli qui m'a le plus manqué était celle à laquelle je m'attendais le moins : le calendrier. Bien que je n'aie pas pu l'effacer — je l'ai juste arrêté de force — je l'ai ignoré de mon plein gré jusqu'à ce que je réalise que j'avais manqué quelques rendez-vous. Je me suis ensuite assuré que mon calendrier manuscrit correspondait à mon calendrier en ligne, mais ce n'était pas aussi simple que quand je pouvais simplement saisir les rendez-vous, les deadlines et les tâches à faire dans mon appli calendrier.

Dans l'ensemble, à la fin de la semaine, je me sentais plus libre et j'avais une meilleure idée des applis qui m'aidaient vraiment à vivre plus facilement, que ce soit pour communiquer facilement avec mes amis, vérifier rapidement mon solde bancaire ou m'aider à m'endormir. Bien que cela me manquait de "me connecter" avec mes amis en ligne, j'ai pu me concentrer davantage sur les connexions de la vie réelle.

A la fin de la semaine, j'ai retéléchargé mes applis... Mais pas toutes

Dans l'ensemble, ma semaine sans applis m'a définitivement aidé à devenir moins distraite et plus productive, et elle m'a libéré du temps pour des activités sans mon téléphone. Bien que j'aimerais pouvoir dire que je peux continuer à vivre sans appli, mon choix de vivre en tant que nomade numérique signifie qu'être connectée est parfois une nécessité. Il n'y a pas non plus de doute sur le fait que beaucoup de mes applis me rendent la vie plus pratique, ce qui m'a donné envie de les réinstaller une fois mon expérience terminée. Sinon, je vivrais sans doute sans la plupart d'entre elles.

Cependant, au lieu de réinstaller les 45 applis, je n'en ai installé que 21 après la fin de mon expérience. En réalité, je serais heureuse en utilisant que mes cinq principales. Et vous savez quoi ? Dès qu'elles sont revenues sur mon téléphone, j'ai consulté certaines d'entre elles, mais je n'ai passé que quelques minutes à le faire. Il s'est avéré que je n'avais pas raté autant de choses que je ne le pensais.

Maintenant, au lieu de prendre mon téléphone pendant mon temps libre, je vais faire autre chose, comme lire un livre. J'ai également décidé de désactiver mes notifications téléphoniques, afin de pouvoir regarder les applis quand je le désire — et avec modération — sans être distraite sans arrêt. Car il s'agit de tirer le meilleur parti de notre temps.

Version originale : Natalia Lusinski / Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le conseil surprenant d'une ex-dirigeante de Google pour devenir un bon manager

VIDEO: Pourquoi la vanille coûte si cher

  1. Duez

    10 pages arrive pour. M'est avis suellevest pas encore etoxquee

Laisser un commentaire