Je suis devenu trader le temps d'une demi-journée et j'ai (presque) gagné 1 400 euros

Je suis devenu trader le temps d'une demi-journée et j'ai (presque) gagné 1 400 euros

La Défense. Business Insider France/Thomas Chenel

Au lendemain de la crise financière mondiale de 2008, les banquiers et les traders n'avaient guère la cote, accusés d'avoir dangereusement joué avec l'argent des particuliers. "Les choses ont beaucoup évolué, avec des cellules de risque qui ont été mises en place depuis", assure Tarek Elmarhri, fondateur de Krechendo, une entreprise spécialisée dans le trading et la formation au métier de trader. "Mais ça n'empêchera pas forcément un nouveau Jérôme Kerviel. Si quelqu'un veut frauder, il le fera. Le risque zéro n'existe pas", confesse-t-il cependant.

Loin des milliards engagés à l'époque par le trader de la Société Générale, Krechendo et Financia Business School, une école dédiée aux métiers de la finance créée en 2014, nous ont proposé une initiation au trading le temps d'une après-midi. Je m'y suis rendu pour mieux comprendre le métier et voir ce qu'on peut ressentir quand on se met dans la peau d'un trader. Voici les différentes étapes de cette folle séance boursière qui m'ont conduit à des gains inespérés en toute fin de journée : 

L'initiation au trading a lieu dans la Grande Arche même de la Défense, où se trouvent les locaux de Krechendo Trading.

Arche-la Défense. Business Insider France/Thomas Chenel

L'entrée se fait par le côté droit de l'Arche, après avoir monté les escaliers. 

Arche-La Défense. Business Insider France/Thomas Chenel

Une fois dans les locaux de Krechendo, le fondateur de l'entreprise, Tarek Elmarhri, dispense un rapide cours rappelant les fondamentaux du métier et son évolution depuis l'avènement du numérique.

Cours de Tarek Elmarhri, dans les locaux de Krechendo. Business Insider France/Thomas Chenel

Le métier de trader a beaucoup évolué depuis les années 1990, comme nous l'avions déjà expliqué dans un précédent article. Il a notamment connu la révolution numérique. Résultat, "il s'est démocratisé, avec de plus en plus de traders indépendants aujourd'hui", note Tarek Elmarhri. "Nous avons aujourd'hui les informations sur les marchés en même temps que les banques, nous disposons des mêmes outils."

Le fondateur de Krechendo regrette la "connotation négative du trading", qui est selon lui "une activité comme une autre". Comme une autre, à la différence près que vous ne produisez rien de concret. "L'objectif est de réaliser une performance sur les marchés et de gagner de l'argent." Vous pouvez engranger des gains grâce à "des prises de risque". Dans les faits, il s'agit de passer des ordres en Bourse, c'est-à-dire de choisir d'acheter ou de vendre des titres ou contrats financiers, comme des actions ou des produits dérivés sur les marchés.

Découvrez notre étude — Comment les banques peuvent utiliser les APIs ouvertes pour continuer à dominer la banque de détail

Pour comprendre et anticiper ce qui peut influer sur les cours de Bourse, il est impératif de suivre minute par minute les actualités qui tombent dans le monde de la finance.

Business Insider France/ Thomas Chenel

Des actualités économiques, mais aussi politiques voire judiciaires peuvent avoir des répercussions sur les marchés et faire brusquement grimper ou à l'inverse chuter l'action d'une ou plusieurs entreprises cotées en Bourse.

Ce jour-là, les chiffres de l'emploi aux Etats-Unis, dont la publication est attendue en début d'après-midi, peuvent notamment avoir une incidence sur les cours à Wall Street. Justement, nous allons "trader" (ou spéculer) sur des produits dérivés du S&P 500, l'indice regroupant 500 des plus grandes entreprises américaines cotées en Bourse. 

"Ce n'est pas en deux heures que vous allez apprendre à gagner de l'argent", prévient toutefois Tarek Elmarhri, avant qu'on se lance.

Après le cours, place à la pratique. Pierre, étudiant à la Financia Business School, m'aide à décrypter le logiciel de trading, un peu complexe pour les non-initiés.

Thomas Chenel/ Business Insider France

Voici le logiciel où nous passons nos ordres, pour prendre une position acheteuse ou vendeuse sur le S&P 500.

Thomas Chenel/ Business Insider France

Dans la colonne bleue ("Bid Market"), nous pouvons cliquer pour acheter. Celle en rouge ("Short Market") permet à l'inverse de vendre, ou "shorter" selon le jargon du milieu. La colonne grisée, intitulée "volumes", précise l'historique des ordres passés au cours de la séance de Bourse. Celle des prix (Prices"), aussi en gris, tout simplement le prix auquel les ordres peuvent être passés. Enfin, le montant surligné en rouge dans cette colonne, le prix à partir duquel nos ordres (à l'achat ou à la vente) seront exécutés.

L'étude des graphiques, savamment appelée "l'analyse chartiste", renseigne sur l'évolution de l'offre et de la demande en tant réel.

Thomas Chenel/Business Insider France

Le graphique de droite montre l'évolution de la demande sur le S&P 500 (celui de gauche, la même chose pour l'indice allemand DAX 30). Plus les "bougies" montent, plus cela signifie que la demande est forte et qu'il y a d'acheteurs.

"Il y a une chance sur deux de se tromper. Après, si on est dans le mauvais sens, il faut couper sa perte", précise Tarek Elmarhri. Autrement dit, il ne faut pas traîner pour se défaire de ses positions. A l'inverse, il est possible de "renforcer sa position", en investissant encore un peu plus d'argent dans "le sens" (achat ou vente) qu'on a choisi, via l'achat de nouveaux lots (nouveaux contrats).

Cela augmente son exposition sur le marché, mais une prise de risque plus importante peut générer de plus grands profits.

Notre position vendeuse sur le S&P 500 sera clôturée si le marché descend sur la fourchette de prix 2 890 $ — 2 890,25 $ (et à condition que les 113 ordres d'autres traders soient exécutés avant que notre tour arrive dans la file). Nous gagnerons alors de l'argent.

Thomas Chenel/ Business Insider

"On prend la porte de saloon", s'exclame mon acolyte Pierre. Une façon de dire qu'on est un peu malmené, les cours étant très volatiles, tantôt à la hausse, tantôt à la baisse, comme les battants d'une porte de saloon vont et viennent.

On a du mal à suivre, surtout moi. Il faut dire que les ordres à l'achat et à la vente doivent être passés très rapidement, d'un petit clic de souris. L'exercice demande une forte concentration et d'avoir les nerfs solides pour ne surtout pas paniquer et prendre de mauvaises décisions, comme continuer à renforcer sa position alors que le marché évolue dans le sens contraire.

Au cours de la première heure, nous accumulons dangereusement les pertes. Notre PnL (Profit and Loss) affiche "- 1 167,20 euros".

PnL (profit and loss). Business Insider France/Thomas Chenel

Heureusement, il ne s'agit que d'un logiciel de simulation. La facture commencerait sinon à être lourde pour une petite heure de trading seulement et un salaire de journaliste, sans les bonus de Wall Street. La tension est palpable dans la salle où les ordinateurs tournent à plein régime.

La Défense vue des locaux de Krechendo. Business Insider France/ Thomas Chenel

Il fait de plus en plus lourd, mais Krechendo et Financia Business School ont prévu des petites bouteilles d'eau pour nous rafraîchir et nous aider à reprendre nos esprits. 

Les chiffres défilent sur les écrans, les courbes ne cessent de monter et descendre. J'ai besoin de me reposer les yeux quelques secondes. Mon regard s'attarde alors sur les gratte-ciel de la Défense, visibles à travers les baies vitrées des locaux de Krechendo, qui donnent la curieuse impression d'évoluer dans un bocal.

Mais à l'heure de la clôture de la Bourse, nous finissons finalement en beauté, sur un gain de plus de 1 400 euros. Les dernières décisions prises ont payé.

PnL (profit and loss). Business Insider France/ Thomas Chenel

Nous avons bien fait de miser sur une remontée du marché en fin de séance, c'est un pari gagnant. Toutefois, il faut bien reconnaître qu'il y a une part de chance. Déjà qu'il est difficile pour des traders expérimentés d'anticiper à très court terme l'évolution des cours, pour des débutants comme nous, la tâche est d'autant plus ardue. 

Soulagés, nous pouvons apprécier sereinement une coupe de champagne pour célébrer nos profits. En revanche, pas de cocaïne comme dans "Le Loup de Wall Street". 

Business Insider France/ Thomas Chenel

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : VIDEO: Cette jeune femme de 24 ans est la plus jeune femme trader de la bourse de New York

VIDEO: Une entreprise allemande vient de tester le premier ascenseur démuni de câbles et qui se déplace à l'horizontale

  1. oussama EL MOUMEN

    Bonjour et merci pour ce super blog sur le Trading.
    Je suis un lecteur depuis nombreuses mois et j`apprécie la qulaité des articles.
    Pour moi, ce qui a bien fonctionné est cette méthode de trading automatique: http://bit.ly/RobotDeTradingAutumatique

    Merci et à bientot.
    OUSSAMA

Laisser un commentaire