L'ex-DG de l'Agence spatiale européenne dit que la notion d'échec n'a pas la même valeur quand on travaille dans le public et le privé

Jean-Jacques Dordain était directeur général de l'ESA de 2003 à 2015. Flickr.com/ESA

SpaceX a une année chargée devant elle, avec notamment un lancement majeur : la navette Crew Dragon, censée, à terme, transporter des astronautes vers la Station spatiale internationale (ISS), devrait effectuer son baptême de feu d'ici la fin de l'année 2019. 

Pour autant, Elon Musk, patron de SpaceX, a d'ailleurs d'ores et déjà prévenu que ce vol sera particulièrement "dangereux", en raison de la présence de nouveau matériel. 

Il est donc possible que ce lancement soit un échec — et ça ne serait pas une première pour SpaceX.

Selon Jean-Jacques Dordain, ancien directeur général de l'Agence spatiale européenne (ESA) de 2003 à 2015, "Elon Musk n'a pas peur des échecs car l'échec n'a pas la même valeur suivant que vous travaillez dans une agence publique (ESA ou NASA) ou dans le privé" : 

"Dans un monde où la peur du risque est grande, un échec dans le public est assimilé à un gaspillage de l'argent du contribuable. Par contre, dans le privé, la valeur est dans le progrès, même en cas d'échec."

Et peu importe si le milliardaire tech repousse la date de lancement de ses nouveaux produits.

"C'est une communication maîtrisée qui démontre sa transparence et l'ambition de ses objectifs. Il est en retard mais la révolution est au rendez-vous. C'est cette maîtrise qui fait l'attractivité d'Elon Musk vis-à-vis des investisseurs", ajoute celui qui est devenu conseiller du gouvernement luxembourgeois dans le domaine spatial.

Le patron de SpaceX a notamment annoncé que le premier voyage vers Mars sans équipage se fera en 2022 et un autre avec des astronautes à bord en 2024, mais certains experts ont affirmé que son projet était proche de la "science-fiction".

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Une professeure d'université qui enseigne sur 'devenir adulte' dit que les millennials ne se considèrent adultes que lorsqu'ils franchissent une certaine étape qu'ils ne cessent de repousser

VIDEO: Un fervent utilisateur de Mac passe au PC — voici ses impressions