La réponse de Walmart n'a pas tardé. Alors que le patron d'Amazon, Jeff Bezos, a taclé ses concurrents en leur suggérant d'augmenter les salaires de leurs employés, Walmart lui a rétorqué qu'il ferait mieux de s'occuper de payer ses impôts.

Dans sa lettre annuelle aux actionnaires, publiée jeudi 11 avril, Jeff Bezos, le PDG d'Amazon, avait ainsi indiqué que son entreprise avait augmenté l'an dernier le salaire minimum "à 15 dollars de l'heure pour tous les employés à temps plein, à temps partiel, temporaires et saisonniers [...]. Aujourd'hui, je mets au défi nos principaux concurrents du commerce de détail (vous savez qui vous êtes !) d'égaler nos avantages sociaux et notre salaire de 15 dollars minimum. Faites-le ! Mieux encore, passez à 16 dollars et relancez-nous le gant. C'est une sorte de compétition qui profitera à tout le monde."

Walmart, le numéro un mondial de la grande distribution, n'a guère apprécié le trait. "Hey, les concurrents de la distribution (vous savez qui vous êtes), et si vous payiez vos impôts ?", a écrit dans un tweet, Dan Bartlett, vice-président de Walmart, renvoyant vers un article qui explique que malgré 11,2 milliards de dollars de bénéfices en 2018, Amazon ne paiera pas d'impôts fédéral aux Etats-Unis pour la deuxième année d'affilée. 


Dan Bartlett a enchaîné en précisant que, de toute façon, "la grande majorité des salariés des magasins de Walmart gagne plus de 15 dollars depuis longtemps. Et ils reçoivent des primes trimestrielles de performance".

Dans les faits, Walmart propose depuis janvier 2018 un salaire minimum 11 dollars l'heure, donc inférieur aux 15 dollars d'Amazon. Mais Walmart précise qu'en ajoutant les avantages sociaux, la moyenne de ses salariés gagne 17,55 dollars de l'heure, rapporte CNBC. 

De son côté, Amazon est régulièrement attaquée sur le fait de ne pas payer d'impôts. Jeudi, la candidate démocrate à l'élection présidentielle américaine, Elizabeth Warren, a d'ailleurs cité Amazon en présentant sa volonté d'imposer une taxe de 7% aux entreprises qui déclarent plus de 100 millions de dollars de bénéfices à leurs actionnaires, indique encore CNBC.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !