Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Un économiste américain qui inspire Benoît Hamon conteste l'idée que les robots élimineront tous les emplois

Un économiste américain qui inspire Benoît Hamon conteste l'idée que les robots élimineront tous les emplois
© Wikimedia Commons/Lamiot

Candidat socialiste à la présidentielle, Benoît Hamon a fait de l'instauration d'un revenu universel d'existence la proposition phare de son programme économique.

La mesure a fortement évolué depuis son évocation à l'été 2016, rapporte Libération.

Elle devra compenser la raréfaction du travail voire à sa disparition causée par la robotisation selon lui.

Il propose même de taxer le robots "pour abonder un fonds de transition du travail (FTT)" destiné notamment à la formation professionnelle.

Benoît Hamon base sa réflexion sur les travaux de plusieurs économiste, dont l'Américain Jeremy Rifkin, auteur en 1995 de "La Fin du travail".

Dans un entretien accordé au Figaro, s'il se réjouit d'être cité par le candidat — "C'est très sympathique de sa part" — l'économiste en profite pour tout de même se démarquer de son admirateur.

"Sans entrer dans un quelconque débat politique, je voudrais être très clair au sujet de mon livre. J'y explique que nous tendons vers un monde automatisé d'ici à 2050 et qu'il y aura alors de nouveaux types d'emplois. Mais nous n'allons pas éliminer les emplois. (...) L'idée selon laquelle nous n'aurions plus besoin de travailleurs n'est pas dans mon livre", répond-il interrogé sur le revenu universel.

Au contraire, pour Jeremy Rifkin, la révolution technologique devrait permettre la création "de millions et de millions d'emplois (...) en Europe pour installer les infrastructures de l'Internet des objets", précise-t-il.

Il estime que la question de la raréfaction du travail ne se posera pas avant 30 ans.

Les emplois se déplaceront alors "du côté de l'économie sociale car nous n'allons pas payer les gens à ne rien faire", et dans des secteurs comme la culture, l'éducation, le soin aux personnes qui sont plus délicats à automatiser pour Jeremy Rifkin.

Découvrir plus d'articles sur :