Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Joe Biden sera le premier président à utiliser le nouvel Air Force One, l'avion à 5,3Mds$

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Air Force One. © w_p_o/Shutterstock.com

L'avion le plus reconnaissable au monde va être modernisé, mais il ne sera pas prêt avant quelques années. Si Air Force One n'est qu'un indicatif pour tout avion transportant le président des États-Unis, le terme est souvent utilisé pour désigner la paire de Boeing 747 bleus et blancs emblématiques portant l'inscription "United States of America" sur le côté. D'Hollywood aux chaînes d'information, les avions actuels connus sous le nom d'Air Force One ont été rendus célèbres par leurs fréquentes apparitions lorsqu'ils accompagnent les présidents dans la plupart de leurs voyages.

Les Boeing 747 modifiés qui transportent actuellement le commandant en chef — connus dans l'armée de l'air sous le nom de VC-25A — sont en voie de disparition après avoir servi cinq présidents pendant près de trois décennies. Il est temps pour la Maison Blanche d'entrer dans la nouvelle ère des avions à réaction avec un appareil de nouvelle génération pour transporter le président, le Boeing 747-8i, de la même manière que les compagnies aériennes mettent au rebut leurs vieux Boeing 747.

À lire aussi — Amazon propose son aide à Joe Biden pour la campagne de vaccination aux États-Unis

Désigné sous le nom de VC-25B, le nouvel aéronef est plus grand et plus efficace que son prédécesseur. Mais plus grand, dans ce cas, ne signifie pas nécessairement meilleur. En effet, le nouvel Air Force One manquera de certaines caractéristiques essentielles par rapport à son prédécesseur, malgré son prix très élevé.

Voici ce que nous savons sur le programme hautement confidentiel destiné à remplacer l'actuel Air Force One.

L'ensemble du programme se chiffre à plus de 5Mds$

Air Force One. 1000 Words/Shutterstock

Malgré un effort concerté de la part de l'armée de l'air et de l'administration Trump, le programme total devrait coûter 5,3 milliards de dollars (4,3 milliards d'euros), selon DefenseOne. Ce prix comprend l'achat des avions — environ 800 millions de dollars (657 millions d'euros) s'ils sont achetés neufs, ce qui n'était pas le cas — ainsi que l'achèvement de l'intérieur, les modifications spéciales et un nouveau hangar sur la base aérienne d'Andrews, dans le Maryland.

Donald Trump a fait baisser le prix du programme de 4,4 à 3,9 milliards de dollars (de 3,6 à 3,2 milliards d'euros), a également rapporté DefenseOne, mais cela n'inclut pas tout.

Le coût exact des avions à réaction de Boeing est un secret bien gardé. Le dernier programme de remplacement des avions d'Air Force One, qui a débuté sous le président Ronald Reagan et s'est achevé sous l'administration de George W. Bush, n'a coûté que 660 millions de dollars (542 millions d'euros), selon le LA Times.

Les deux 747 étaient censés être cédés à une compagnie aérienne russe en faillite

Un Boeing 747 de la compagnie aérienne russe Transaero. REUTERS/Maxim Shemetov

Boeing ne construira pas les nouveaux Air Force One en partant de rien. En réalité, l'armée de l'air achètera les appareils d'occasion. Dans le cadre des efforts de réduction des coûts, Boeing a vendu au gouvernement deux 747-8i construits et destinés à être livrés à une compagnie aérienne russe aujourd'hui disparue, Transaero, a confirmé un porte-parole de Boeing à CNN.

"Nous avons fait une très bonne affaire", a déclaré Heather Wilson, ancienne secrétaire de l'armée de l'air, dans une interview à Bloomberg.

Les avions — dont le coût s'élevait à 390 millions de dollars (321 millions d'euros) au moment de la transaction, selon DefenseOne — étaient stockés en Californie dans l'attente de nouveaux acquéreurs. Ils ont ensuite été transportés vers la base aérienne de Lackland, près de San Antonio, au Texas, selon The Drive.

À lire aussi — Donald Trump voudrait qu'un aéroport porte son nom quand il quittera la Maison Blanche

Boeing a présenté quatre autres options pour réduire les coûts

L'ancien président américain, Donald Trump, accompagné du PDG d'alors de Boeing. Reuters

Le programme de remplacement a commencé lors du mandat de Barack Obama, mais son successeur aurait eu le plus de poids dans le processus d'acquisition. En 2016, Donald Trump s'était publiquement plaint du coût élevé du programme de remplacement, qu'il estimait alors supérieur à 4 milliards de dollars (3,2 milliards d'euros).

"Boeing construit un tout nouveau 747 Air Force One pour les futurs présidents, mais les coûts sont hors de contrôle, plus de 4 milliards de dollars", avait déclaré Trump dans un tweet de 2016. "Annulez la commande !"

Le PDG de Boeing de l'époque, Dennis Muilenburg, avait rencontré Donald Trump à Mar-a-Largo (Floride) pour discuter de quatre alternatives potentielles pour réduire le coût du programme, selon DefenseOne. Une alternative à 4,2 milliards de dollars (3,4 milliards d'euros) consistait à acheter deux nouveaux avions 747-8i mais à n'installer la configuration présidentielle que sur l'un d'entre eux et un intérieur VIP standard sur l'autre, tandis qu'une option à 3,88 milliards de dollars (3,1 milliards d'euros) impliquait l'achat d'un seul nouveau 747-8i et le maintien de l'un des 747 existants.

Des solutions moins coûteuses ont également été proposées, notamment l'achat de deux nouveaux 747-8i, mais en éliminant certaines des exigences de l'armée de l'air ou en installant simplement des intérieurs VIP au lieu de la configuration présidentielle exigée par l'armée de l'air. Selon DefenseOne, toutes les propositions ont été catégoriquement rejetées par l'Etat-major.

L'avion devrait faire peau neuve

Une maquette du nouvel Air Force One et de sa nouvelle peinture. BRENDAN SMIALOWSKI/Getty

Air Force One est l'avion le plus reconnaissable au monde grâce à son étonnante peinture bleue et blanche. Les nouveaux aéronefs vont pourtant faire peau neuve grâce à Donald Trump, qui a d'abord exprimé son désir de repeindre les avions dans une interview à CBS News en 2018. Le nouveau design comporte plus de rouge, de blanc et de bleu par rapport au modèle actuel.

Donald Trump a gardé une maquette du nouveau design de l'avion dans le bureau ovale pour que les visiteurs puissent le voir. On ne sait pas si les autres avions VIP de l'armée de l'air peints en bleu et blanc seront mis à jour ou si le prochain passager, Joe Biden, conservera les changements de son prédécesseur.

Le manuel du propriétaire coûte à lui seul 84M$

La maquette du nouvel Air Force One. Alex Wong/Getty

L'armée de l'air a annoncé en avril dernier que Boeing allait développer le manuel d'utilisation du nouvel avion VC-25B et que la branche militaire allait payer 84 millions de dollars (69 millions d'euros) pour cela, d'après DefenseOne. Le manuel contiendrait plus de 100 000 pages et ne sera même pas prêt au moment de la livraison de l'aéronef à l'armée de l'air, DefenseOne indiquant qu'il arrivera en janvier 2025.

Les 84 millions de dollars sont inclus dans le coût du projet de 5,3 milliards de dollars.

À lire aussi — Les 10 aéroports les plus fréquentés en 2020

Les avions ont une durée de vie d'environ 30 ans

L'ancien président américain, Donald Trump, descendant d'Air Force One. Joe Raedle/ Getty

Comme la plupart des avions, les nouveaux appareils ne dureront qu'entre 20 et 30 ans, selon DefenseOne. Les VC-25A actuels doivent être remplacés un peu plus de trois décennies après leurs premiers vols, effectués sous George Bush père en 1990 et 1991.

Cette date correspond au moment où la plupart des Jumbo Jets seront retirés de la circulation par les compagnies aériennes et les transporteurs de fret du monde entier. Boeing a également annoncé une date de fin pour le programme 747 après plus d'un demi-siècle de vol, Atlas Air devant recevoir les quatre derniers modèles en 2022.

Si le constructeur maintient le cap et ne développe pas un nouvel avion quadrimoteur à deux étages, la prochaine "Maison-Blanche volante" pourrait être déclassée vers un avion plus petit comme le Boeing 777X.

Le nouvel Air Force One peut voler sans escale vers presque tous les continents habités depuis Washington, mais ne peut pas être ravitaillé en vol

Un Boeing E-4B est ravitaillé en vol par un avion ravitailleur de l'armée de l'air. Staff Sgt. Nicole Leidholm/U.S. Air Force/DVIDS

Les nouveaux VC-25B auront un rayon d'action de près de 11 000 kilomètres, une portée inférieure à celle de certains avions privés de Gulfstream et celle, illimitée, de l'actuel Air Force One. Ces derniers peuvent être ravitaillés en vol, ce qui leur permet de voler aussi longtemps que le président le souhaite.

Cette capacité impressionnante permettrait au président de continuer à voler s'il n'y a pas d'endroit où atterrir, comme en cas de guerre. Mais ce dispositif n'a jamais été utilisé, ont déclaré des sources de l'armée de l'air à DefenseOne, sauf dans le film hollywoodien "Air Force One".

Le rayon d'action de 10 900 kilomètres devrait cependant permettre au président de voler sans escale de Washington à des endroits éloignés comme Tokyo, Riyad et Tel Aviv.

À lire aussi — Un associé de l'avocat de Donald Trump aurait confié qu'une grâce présidentielle coûterait 2M$

Les Boeing 747 sont plus gros mais plus efficaces

Un Boeing 747-8i MARK RALSTON/AFP/Getty

L'un des éléments de base du Boeing 747-8i est sa nouvelle génération de moteurs General Electric qui sont plus économes en carburant que les moteurs vieillissants de l'actuel Air Force One. Selon DefenseOne, ce nouvel avion permettra à l'armée de l'air d'économiser 1,9 milliard de dollars (1,5 milliard d'euros), même avec une superficie plus importante.

Malgré leur plus grande taille, les VC-25B auront la même capacité de 71 passagers, selon The Drive. Cela signifie plus d'espace pour les espaces non-passagers comme le bureau du président, les lieux d'échange avec les journalistes, la suite médicale ou la chambre privée.

Donald Trump n'en sera pas le premier passager

Donald Trump embarquant dans Air Force One pour la dernière fois, le 20 janvier 2021. Pete Marovich - Pool/Getty

Donald Trump a effectué son dernier vol avec Air Force One le 20 janvier au matin, jour de l'investiture de son successeur, de la base aérienne d'Andrews à sa nouvelle résidence de Palm Beach, en Floride, où se situe son club de Mar-a-Lago.

L'entrée en service des aéronefs est prévue pour 2024 et Joe Biden sera le premier commandant en chef à voler à bord du nouvel Air Force One. Donald Trump ne pourra jamais y mettre les pieds, malgré tous ses efforts pour réduire les coûts du projet, à moins d'y être invité par Joe Biden ou un futur président.

Si Joe Biden décide de se représenter en 2024 et qu'il est réélu, il aura quatre années complètes à passer avec le nouvel avion plutôt que quelques mois à la fin de son mandat. Mais s'il prend sa retraite en 2025, ses successeurs auront tout le temps de profiter du nouvel Air Force One.

Version originale : Thomas Pallini/Business Insider US

À lire aussi — Joe Biden déclare que "l'unité est la voie à suivre" dans son discours inaugural

Découvrir plus d'articles sur :