Publicité

Johnson & Johnson retarde le déploiement de son vaccin en Europe après sa suspension aux États-Unis

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Johnson & Johnson retarde le déploiement de son vaccin en Europe après sa suspension aux États-Unis
Une dose du vaccin contre le Covid-19 produite par l'entreprise américaine Johnson & Johnson. © Michael Ciaglo/Getty Images
Publicité

Johnson & Johnson a annoncé mardi 13 avril un retard dans le déploiement de son vaccin contre le Covid-19 dans l'Union européenne. Quelques heures auparavant, les autorités sanitaires américaines avaient ordonné la suspension de son utilisation après avoir détecté des cas de caillots sanguins chez plusieurs patients. Les 27 États membres de l'UE, ainsi que la Norvège et l'Islande, avaient commencé à recevoir des doses du vaccin lundi. L'Union européenne s'attendait à recevoir 55 millions de doses d'ici juin et 120 millions de doses au cours du trimestre suivant.

"Nous avons examiné ces cas avec les autorités sanitaires européennes", a déclaré Johnson & Johnson dans un communiqué mardi. "Et nous avons pris la décision de retarder de manière proactive le déploiement de notre vaccin en Europe". Des responsables des Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) avaient exhorté les agences sanitaires à mettre la vaccination en pause par "excès de prudence". En cause ? Des cas extrêmement rares de caillots sanguins parmi les millions de patients ayant reçu une dose de sérum.

À lire aussi —Voici les effets secondaires les plus fréquents pour chaque vaccin contre le Covid-19

Six femmes âgées de 18 à 48 ans ont présenté ces effets secondaires deux semaines après leur vaccination, ont expliqué CDC et la Food and Drug Administration (agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux) dans un communiqué commun. Les agences fédérales ont ensuite suspendu l'utilisation du vaccin, et de nombreuses autorités sanitaires locales et étatiques ont fait de même mardi matin.

Après l'annonce, la Suède a déclaré qu'elle réexaminerait son utilisation du vaccin de Johnson & Johnson au cours des deux prochains jours. La Belgique et les Pays-Bas ont déclaré que, pour l'instant, ils continueraient à inoculer le sérum comme avant.

La livraison des vaccins aux pays de l'UE, à la Norvège et à l'Islande avait déjà été retardée par des problèmes de production. "Nous avons travaillé en étroite collaboration avec des experts médicaux et les autorités sanitaires, et nous soutenons fermement la communication ouverte de ces informations aux professionnels de la santé et au public", a déclaré Johnson & Johnson.

Version originale : Paul Squire, Marianne Guenot/Insider

À lire aussi — Pourquoi l'Union européenne a raté sa stratégie vaccinale au point de devoir se reconfiner

Découvrir plus d'articles sur :