Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Kiabi teste la vente de vêtements de seconde main en magasin

Kiabi teste la vente de vêtements de seconde main en magasin
Ce corner n'est qu'une première étape pour Kiabi puisque six autres magasins français suivront son exemple d'ici la fin de l'année, avant que l'expérimentation ne se déploie à l'international. © Kiabi / Wikimedia Commons

Après Petit Bateau et Camaïeu, Kiabi se lance sur le marché de la seconde main. L'enseigne de "mode à petit prix" a ouvert un corner dédié aux articles d'occasion dans son magasin de Louvroil (59), selon Fashion Network. Cet espace de 50 mètres carrés, dédié à la seconde main, se veut multi-marque. C'est-à-dire que les vêtements de l'enseigne nordiste ne seront pas les seuls à y être proposés. Ainsi, les clients pourront y acheter des articles d'occasion, mais également y déposer les vêtements qu'ils ne souhaitent plus garder. Les vêtements présentés, seront entre 40 et 80% moins cher que leur prix d'origine. De quoi rendre les passages en caisse, qui s'effectue au sein du magasin, moins douloureux.

Ce corner n'est qu'une première étape pour Kiabi puisque six autres magasins français suivront son exemple d'ici la fin de l'année, avant que l'expérimentation ne se déploie à l'international. L'entreprise met également en place un "Kiabi bag". Les clients pourront récupérer ce sac en magasin, puis le remplir chez eux de vêtements qu'ils souhaitent donner. Ils sont ensuite invités à déposer le sac en point de collecte Mondial Relay après l'avoir enregistré sur le site. Le tout en échange d'un bon d'achat de 5 euros. D'ici la fin de l'année, un onglet dédié à la seconde main sera également ajouté sur le site marchand de Kiabi.

Kiabi n'est pas la seule enseigne à investir le marché de la seconde main.

Poussés par une prise de conscience globale sur les conséquences environnementale du marché de l'habillement et sur la surconsommation de vêtements, de plus de plus de Français s'intéressent à la mode d'occasion. En 2019, près de deux Français sur cinq auraient acheté des vêtements d'occasion, selon l'Institut Français de la Mode cité par France Info. "Si l'on additionne la revente entre particuliers, la location et le recyclage sous toutes ses formes, la seconde vie des vêtements a représenté un marché équivalent à 1 milliard d'euros l'an dernier en France", estime le président de la Fédération du prêt-à-porter féminin,  Pierre-François Le Louët, cité par Les Echos.

Une manne financière dont les enseignes ne veulent plus se priver. Pour ce faire, chacune y va de sa méthode. Petit Bateau propose de revendre ses produits entre particuliers dans la rubrique "Les Occasions" de son application. Du côté des marques de vêtements pour enfants Okaïdi et Obaïbi, elles organisent plusieurs fois dans l'année des 'Ïdtroc' dans leurs magasins. Quand Camaïeu propose de vendre et d'acheter des vêtements d'autres marques sur son site de vide-dressing.

A lire aussi —Decathlon, Auchan, Petit Bateau... Ces marques qui proposent des vêtements de seconde main

Découvrir plus d'articles sur :