Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Kim Jong-un a pris quelques libertés lors de sa rencontre avec le président sud-coréen — et cela pourrait avoir de grandes implications pour Trump

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Kim Jong-un a pris quelques libertés lors de sa rencontre avec le président sud-coréen — et cela pourrait avoir de grandes implications pour Trump
© Twitter/Blue House
  • Kim Jong Un semble avoir improvisé à deux reprises lors du début du sommet entre les dirigeants de la Corée du Nord et de la Corée du Sud vendredi.
  • Chaque moment de l'affaire diplomatique a été soigneusement planifié, mais Kim a invité le président Moon Jae-in à mettre un pied en Corée du Nord et, plus tard, il a semblé revenir sur l'une de ses blagues.
  • Les responsables américains du renseignement surveilleront de près le sommet en essayant d'analyser Kim afin de déterminer la meilleure stratégie pour traiter avec la Corée du Nord avant la future rencontre de Kim avec le président Donald Trump.
  • Les actions et les commentaires spontanés de Kim pourraient aider à construire une relation avec Trump, qui dévie régulièrement des consignes. Mais cela pourrait aussi être un désastre.

Le sommet de vendredi entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le président sud-coréen Moon Jae-in a été planifié minutieusement, jusqu'aux pas de chaque dirigeant.

Les deux pays ont même répété ensemble la rencontre de leurs deux dirigeants, se serrant la main et se promenant sur le terrain de la zone démilitarisée en utilisant des doublures pour s'assurer que chaque seconde était calibrée le mieux possible pour les caméras du monde entier.

Mais pendant un moment, vendredi, Kim a complètement dévié de son scénario.

Après avoir serré la main de Moon et franchi la frontière avec la Corée du Sud, Kim a invité Moon à revenir en Corée du Nord avec lui.

La résidence du président sud-coréen, The Blue House, a confirmé que le moment n'était pas prévu. Selon un porte-parole, Moon a demandé à Kim: "Quand est-ce que je vais visiter le Nord?" A quoi Kim a répondu: "Pourquoi ne pas venir du côté Nord maintenant?"

L'invitation soudaine ne semblait pas inquiéter Moon, qui a été vu en train de rire et parler avec Kim, avant que les deux s'arrêtent pour une poignée de main du côté nord-coréen.

A un autre moment, Kim a semblé improviser de nouveau en plaisantant sur les fameuses nouilles froides qu'il avait ramenées de Pyongyang, qui est "loin".

"Je suppose que je ne devrais pas dire 'loin' maintenant", a-t-il dit faisant mine de rétro-pédaler aussitôt.

Mais les deux moments, aussi légers soient-ils, seront probablement pris très au sérieux par la communauté du renseignement américain.

Kim est un leader incroyablement secret — il voyage même avec ses propres toilettes pour empêcher que sa santé soit analysée à travers ses excréments — ce qui signifie que les responsables du renseignement se fient à tous les indices pour comprendre comment il pense et opère.

Les responsables du renseignement ont déclaré à Reuters que les experts surveilleraient de près le sommet intercoréen et analyseront ce que Kim dit ainsi que son langage corporel.

L'image actuelle de Kim est marquée par ses tendances à l'impitoyable et à la rationalité. Mais inviter Moon à une visite surprise dans le Nord pourrait aussi suggérer une tendance à la spontanéité.

Cela pourrait poser un problème pour la stratégie de l'administration de Trump pour rencontrer Kim.

Trump lui-même est incroyablement spontané, s'écartant souvent du scénario d'une manière qui peut créer des moments gênants, et parfois offensants, avec les dirigeants du monde.

Le fait d'avoir deux dirigeants ayant une propension à l'improvisation pour piloter un sommet États-Unis-Corée du Nord pourrait créer un terrain d'entente positif et aider à bâtir une relation personnelle entre Kim et Trump.

Ou alors, il pourrait y avoir deux fois plus de chances que quelque chose soit fait ou dit par erreur, ce qui serait un désastre pour les négociations bilatérales.

Version originale: Tara Francis Chan/Business Insider

Découvrir plus d'articles sur :