Les valeurs technologiques américaines et européennes chutent lundi dans le sillage du "mini-krach" accusé depuis vendredi par le segment à Wall Street.

Parmi les poids lourds des "tech" américaines, Apple a abandonné encore 2,39%.

Après une ouverture en fort repli, Amazon (-1,37%), Alphabet (-0,86%), Microsoft (-0,77%) et Facebook (-0,78%) ont toutes limité ce recul au fil de la journée.

En revanche, Netflix a perdu 4,17% hier à la clôture.

Ce recul "rapide et violent" selon les analystes a pu entraîner un effet de contagion à l'ouverture des marchés en Europe ce lundi matin.

L'indice Stoxx européen du secteur des hautes technologies a abandonné 3,61% sur la journée.

"Cela tient à la nature même du secteur technologique, explique Fergus Shaw, gérant de Cerno Capital. De temps en temps, les valorisations deviennent très tendues et elles se replient, et ceux qui ont payé une valorisation très élevée peuvent souffrir sur le court terme."

Ainsi, les fournisseurs d'Apple figurent parmi les plus forts replis, avec notamment une chute de près de 8,88% à la clôture de la Bourse pour le Français STMicroelectronics, après avoir dépassé les 10% dans la journée.

Atos a été la plus fortes baisse du CAC40, avec un recul de 4,55%.

D'autres entreprise de la tech sur le continent en subissent aussi les frais. Voici quelques unes des plus grosses baisses à à la clôture en Europe:

  • Ubisoft perd 5,08%
  • Infineon baisse de 4,91%.
  • Logitech chute de 6,61%.

Apple a été plombé par une information concernant les futurs iPhones. L'agence Bloomberg a indiqué que les iPhone qui seront commercialisés cette année seront dotés de puces modem ayant des vitesses de téléchargement inférieures à celles de smartphones concurrents.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les Golden State Warriors pourraient perdre beaucoup s'ils gagnent trop vite la NBA

VIDEO: Voici les erreurs à ne pas commettre quand vous choisissez quelles photos mettre sur Tinder