Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La Banque centrale européenne va injecter 600 Mds€ supplémentaires dans l'économie de la zone euro

La Banque centrale européenne va injecter 600 Mds€ supplémentaires dans l'économie de la zone euro
Christine Lagarde, la présidente de la BCE, lors de la conférence de presse du 4 juin 2020. © Simon Dawson/Bloomberg via Getty Images

La Banque centrale européenne (BCE) est allée plus loin qu'attendue par les investisseurs. L'institution de Francfort a annoncé, jeudi 4 juin, qu'elle allait augmenter son programme d'achats d'actifs, baptisé "pandemic emergency purchase programme" (ou PEPP), de 600 milliards d'euros. Le marché tablait plutôt sur une hausse autour de 500 milliards d'euros. Ce programme de rachat de dettes publiques et privées est ainsi porté à 1 350 milliards d'euros au total, après une première enveloppe de 750 milliards introduite mi-mars.

De plus, il est prolongé au moins jusqu'à "fin juin 2021", contre fin 2020 initialement. "Dans tous cas, le Conseil des gouverneurs (de la BCE, ndlr) procédera à des achats d'actifs nets dans le cadre du PEPP jusqu'à ce qu'il estime que la phase de crise du coronavirus est terminée", a déclaré la BCE dans un communiqué. Mis en place pour faire face à la pandémie de Covid-19 et aux conséquences du confinement des populations, ce programme d'urgence vise à injecter des liquidités dans l'économie et faciliter la relance de l'activité.

Chute de 8,7% du PIB de la zone euro en 2020

La présidente de la BCE, Christine Lagarde, a par ailleurs indiqué que l'institution s'attendait à une baisse de 8,7% du produit intérieur brut (PIB) de la zone euro en 2020, avant un rebond de 5,2% en 2021, puis de 3,3% en 2022, rapporte l'AFP. Ces projections sont toutefois entourées d'une "incertitude exceptionnelle", a noté l'ancienne directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), ajoutant que la "durée de la contraction et la reprise dépendront de la durée et de l'efficacité" des mesures de confinement, des politiques de relance et de soutien de l'emploi, et de "l'impact durable" de la pandémie de coronavirus sur la demande.

La BCE conserve une politique monétaire accommodante et a laissé inchangé son principal taux directeur. Son taux marginal de facilités de prêt est ainsi maintenu à 0,25%. Son taux de dépôt reste aussi à -0,50% et son taux d'intérêt des opérations principales de refinancement à 0%. Ces taux "resteront à leurs niveaux actuels ou à des niveaux plus bas jusqu’à ce qu'il ait constaté que les perspectives d'inflation convergent durablement vers un niveau suffisamment proche de, mais inférieur à 2 %", précise l'institution.

À lire aussi — L'UE demande à ses citoyens de lui dire quel est l'impact des GAFA sur leurs vies

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :