Marie Schneegans (à droite) fondatrice de Never Eat Alone.

Marie Schneegans (à droite), cofondatrice de Never Eat Alone. Never Eat Alone

Des repas plus variés, livrés de manière écologique, tantôt vegan, tantôt sans gluten, du fast food de luxe ou accompagné d'une expérience inédite... les envies de restauration des Français se diversifient et les startups de la foodtech contribuent à changer ces habitudes. 

Cela est vrai dans la sphère privée comme au travail.

A l'horizon 2025, les salariés français estiment que "le restaurant de demain devra proposer un ensemble de service pratiques destinés à optimiser leur vie", selon une étude sur la pause déjeuner commandée par Elior à l’institut de veille sociologique Sociovision, auprès de 8.000 sondés.

Ce qui explique pourquoi le groupe de restauration collective multiplie depuis un an les investissements dans les startups de la foodtech.

Après une prise de participation minoritaire dans le service de traiteur La Belle Assiette, Elior vient de mettre un ticket de 1,5 millions d'euros dans la startup française Never Eat Alone.

Ces deux opérations se rajoutent aux cinq autres investissements réalisés dans des startups en 2016. A chaque fois, le géant français qui réalise 5,9 milliards d'euros de chiffre d'affaires demeure minoritaire, à moins de 20% du capital. Une part qu'il ne dépassera pas même en cas de futurs tours de tables.

Cofondateur de l'incubateur Smart Food Paris, Elior voit dans les startups de la foodtech des opportunités commerciales fortes en proposant des nouveaux services autour de l'expérience utilisateur.  4 millions d'utilisateurs (étudiants, patients, salariés et voyageurs) fréquentent ses 18.600 restaurants collectifs. 

"Nos investissements sont stratégiques et pas systématiques. Il faut qu'il y ait des synergies business très fortes. Nous voulons être innovants dans un secteur — qu'il faut reconnaître — est un peu en retard sur le numérique. On a un volet open innovation, par du mentoring ou des prises de participations, pour proposer des nouveaux services à nos clients finaux", confie Virginie Rabant, directrice innovation d’Elior Group, à Business Insider France.

La Belle Assiette

La Belle Assiette

Elior propose désormais Never Eat Alone comme un service supplémentaire dans les appels d'offre. Un premier contrat a été décroché par la startup avec Deloitte Luxembourg.

Installée à Paris et New York en 2015, la jeune société (15 salariés) a créé une application qui facilite l'organisation des déjeuners entre collègues d'une même entreprise. Elle travaille avec la moitié des entreprises du CAC 40 annonce-t-elle, dont Engie, Vinci, Carrefour, Danone. Les universités et les hôpitaux font figurent de cibles prioritaires.

Never Eat Alone facture à l'organisme un abonnement mensuel, entre 1000 et 10.000 euros par mois selon le nombre d’utilisateurs.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Cette startup a envoyé 600 chefs cuisiner chez des particuliers — un géant de la restauration doit l’aider à devenir le premier traiteur de la planète

VIDEO: Les traînées blanches laissées par les avions dans le ciel peuvent vous aider à prédire le temps — voici comment