Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La Bourse de Paris s'effondre à cause du coronavirus et de la chute des cours du pétrole

La Bourse de Paris s'effondre à cause du coronavirus et de la chute des cours du pétrole
© YouTube/tyouboxJR



La propagation du coronavirus affecte de plus en plus en plus l'économie réelle et crée des remous sur les places boursières. Mais ce lundi 9 mars, la chute des marchés est particulièrement spectaculaire. Le CAC 40, indice phare de la Bourse de Paris, dévisse de 7,21% à 9h33, tombant sous les 5 000 points. Il s'enfonce finalement de 8,39% à la clôture, à 4 707,91 points, signant ainsi sa pire séance depuis 2008. Il avait déjà perdu 4,14% vendredi, enregistrant un recul inédit depuis le référendum sur le Brexit en juin 2016. Le Dax de la Bourse de Francfort plonge de son côté de 7,94%, tandis que le FTSE-100 à Londres dégringole de 7,69%.

Cette débâcle boursière s'explique par l'effet combiné des craintes toujours plus grandes liées aux conséquences du coronavirus et de la chute des cours du pétrole. Le virus Covid-19 n'est en effet pas la seule inquiétude des investisseurs. Les cours du pétrole ont chuté de plus de 30% en Asie lundi matin, signant leur plus lourde baisse depuis la guerre du Golfe en 1991, indique l'AFP. Une conséquence directe de la "guerre" des prix du brut déclenchée par l'Arabie saoudite.

"Les indices européens se dirigent vers un lundi noir ce matin dans le sillage de l'échec des discussions entre l'Opep et la Russie sur un nouvel accord d'encadrement de la production et l'annonce de l'Arabie saoudite de réduire le prix de vente officiel pour le mois d'avril de toutes ses qualités de brut vers toutes les destinations", précisait à l'AFP John Plassard, spécialiste de l'investissement chez Mirabaud, avant l'ouverture des marchés.

Les cours chutent aussi en Asie

La Russie s'est opposée vendredi à une nouvelle réduction de la production de pétrole pour enrayer la baisse des cours due à l'épidémie de coronavirus. L'Arabie saoudite a alors réagi en optant pour une baisse de ses prix pétroliers à la livraison. Une décision qui a fait plongé les places boursières asiatiques, l'indice Hang Seng de Hong Kong perdant plus de 4% à la clôture, tandis que l'indice composite de la Bourse de Shanghai abandonnait 3%.

Les indices phares des places de Tokyo et de Sydney ont aussi respectivement plongé de plus de 5% et 7%. Et les marchés financiers des pays du Golfe décrochent, l'indice Tadawul de la Bourse de Ryad, en Arabie saoudite, perdant plus de 8% à 9h50 ce lundi, après avoir déjà plongé de 7,7% la veille.

Les entreprises pétrolières sont les plus affectées par ce vent de panique des investisseurs. Total recule ainsi de plus de 10%, à 10h15 sur la place de Paris, pendant que Technip dévisse de près de 18%.

Découvrir plus d'articles sur :