La capsule Crew Dragon de SpaceX a bien explosé lors de son test au sol

Une capsule Crew Dragon montée sur le lanceur Falcon 9 pour la mission Demo-1. Photographié en janvier 2019. SpaceX

Le 20 avril, un gros nuage de fumée est apparu dans le ciel de Cape Canaveral, en Floride, lors du test au sol de la capsule Crew Dragon de SpaceX — censée transporter des astronautes de la NASA vers la Station spatiale internationale d'ici la fin de l'année. SpaceX et la NASA ont parlé d'"anomalie", tandis qu'une vidéo non authentifiée publiée sur Twitter montrait la capsule qui explose. De nouveaux éléments laissent cependant à penser que la Crew Dragon a bel et bien été détruite.

Tout d'abord, un memo interne, obtenu par le journal floridien Orlando Sentinel et cité par Futurism le mardi 30 avril, semble confirmer l'authenticité de la vidéo. Celui-ci a été envoyé aux employés de Jacobs, un sous-traitant de la NASA. Il explique que, suite à "l'anomalie", une "vidéo du test raté — qui n'a pas été publiée par SpaceX ou la NASA — est apparue sur internet", avant de prévenir les salariés de Jacobs qu'il est "interdit de photographier ou filmer les activités opérationnelles qui ont lieu dans l'enceinte du KSC CCAFS sauf autorisation officielle". 

KSC CCAFS est l'acronyme de Kennedy Space Center - Cape Canaveral Air Foce Station, les noms du centre spatial de la NASA et de la base aérienne militaire située juste à côté.

Voici la vidéo en question, supprimée de Twitter mais re-publiée sur YouTube depuis :

De plus, mercredi 1er mai, lors d'une audition au Sénat américain, le président de la commission qui gère entre autres le budget de la NASA, Richard Shelby, a affirmé que "l'anomalie la plus récente de SpaceX a provoqué la perte totale de la capsule", rapporte l'AFP. Jim Bridenstine, l'administrateur de la NASA, indique que l'agence enquête "conjointement" avec SpaceX pour découvrir les causes de l'incident.

L'exemplaire qui a explosé le 20 avril devait être utilisé pour un lancement de test dans les prochains mois. SpaceX devra trouver un modèle de substitution, ce qui devrait aussi retarder le vol habité, initialement prévu avant la fin 2019.  

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le patron de la NASA alerte sur la menace d'un météore qui pourrait s'écraser sur la Terre

VIDEO: Cette startup française fait pousser des fraises en ville dans d'immenses containers hermétiques — voici à quoi ils ressemblent de l'intérieur