Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La Chine a créé une "étoile" artificielle six fois plus chaude que le soleil

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


L'EAST est un réacteur à fusion basé à Hefei, en Chine, qui peut atteindre des températures plus de six fois plus élevées que le soleil (image d'illustration). © Wikimedia Commons

Imaginez que nous puissions remplacer les combustibles fossiles par nos propres étoiles. Et non, nous ne parlons pas d'énergie solaire, mais bien de fusion nucléaire. Et des recherches récentes nous aident à y parvenir. Voici le Tokamak Expérimental Supraconducteur Avancé, ou EAST (Experimental Advanced Superconducting Tokamak). L'EAST est un réacteur à fusion basé à Hefei, en Chine.

Et il peut maintenant atteindre des températures plus de six fois plus élevées que le soleil. Regardons ce qui se passe à l'intérieur. La fusion se produit lorsque deux atomes légers se combinent en un seul, plus grand, libérant ainsi de l'énergie. Cela semble assez simple, mais ce n'est pas facile à réaliser. Parce que ces deux atomes partagent une charge positive. Et tout comme deux aimants opposés, ces atomes positifs se repoussent.

A lire aussi — Les astronomes ont repéré une galaxie 'mourante' après une collision majeure

Les étoiles, comme notre soleil, ont un excellent moyen de surmonter cette répulsion. Leur taille massive crée une énorme pression dans leurs noyaux et leurs atomes sont donc forcés à se rapprocher les uns des autres, ce qui les rend plus susceptibles de se heurter. Il y a juste un problème : nous n'avons pas la technologie nécessaire pour recréer ce genre de pression sur Terre.

Mais heureusement, il y a un autre moyen. Il est également possible de générer une fusion avec des températures extrêmes. Et c'est exactement ce que font des appareils comme l'EAST. Plus la température est élevée, plus les atomes se déplacent rapidement et plus ils sont susceptibles de se heurter.

Mais cela devient rapidement un exercice d'équilibriste. Si la température est trop élevée, les atomes se déplacent trop vite et se croisent. S'il fait trop froid, les atomes ne se déplacent pas assez vite. Ainsi, la température idéale pour générer une fusion est d'environ 100 millions de degrés. C'est plus de six fois plus chaud que le cœur de notre soleil.

Seules quelques expériences de fusion dans le monde ont dépassé cette étape. Et la dernière en date est celle de l'EAST. Elle a obtenu une fusion nucléaire pendant environ 10 secondes avant de s'arrêter. Et bien qu'elle ait constitué une percée pour l'EAST, elle est loin de générer une énergie durable pour les Terriens.

Et c'est en fait voulu. L'EAST est un minuscule réacteur de seulement quelques mètres de diamètre. Il n'est pas censé être une centrale électrique à part entière. Il s'agit d'une expérience. Et pour l'instant, son travail consiste à nous aider à concevoir une technologie de fusion plus efficace qui pourrait, un jour, alimenter des villes entières.

A l'image du Réacteur thermonucléaire expérimental international (ITER), le plus grand projet de fusion au monde à ce jour. Trente-cinq pays ont investi des milliards de dollars dans sa construction. Et il est conçu pour être le premier réacteur à fusion à produire plus d'énergie de fusion que l'énergie utilisée pour le chauffer.

Ces machines ont besoin de beaucoup d'énergie pour pouvoir fonctionner. Le récent test EAST, par exemple, a consommé plus de 10 mégawatts de puissance. Assez pour alimenter 1 640 foyers américains pendant un an. Et il n'a même pas produit la moitié de cette quantité.

Mais cela en vaut la peine. Pourquoi ? Tout d'abord parce que les réacteurs à fusion ne produiraient pratiquement pas de déchets radioactifs par rapport au type de réaction que l'on observe dans les centrales à fission nucléaire actuelles. Les réacteurs à fusion peuvent également fonctionner à l'eau de mer - une ressource renouvelable et durable.

La quantité d'eau qui se trouve sur la partie supérieure du lac Érié est suffisante pour produire plus d'énergie que tous les combustibles fossiles sur la planète. Et contrairement aux autres sources d'énergie, elle n'a pas besoin de soleil pour briller ni du vent pour souffler.

À une époque où les ressources s'amenuisent et où le changement climatique s'aggrave, nous pourrions certainement l'utiliser.

Version originale : David Anderson et Shira Polan/ Business Insider

A lire aussi — L'espace en 2021 : les grandes missions vers Mars, éclipses, vols d'astronautes et lancements de fusées à surveiller cette année

Découvrir plus d'articles sur :