La Chine développe un laser pour améliorer la vitesse de ses armes hypersoniques

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

L'un des projets de planeur hypersonique chinois, annoncé en 2016. © 果壳军事/Wikimedia Commons

Développer un véhicule capable de se déplacer à des vitesses cinq fois supérieures à celle du son est loin d'être un jeu d'enfant. À de telles vitesses, la résistance de l'air se fait beaucoup plus forte et peut compliquer la trajectoire d'origine — tout en augmentant la consommation de carburant. Un problème auquel sont confrontées toutes les armées qui se penchent sur la technologie hypersonique.

Mais une équipe de chercheurs chinois de l'Université d'ingénierie spatiale de Pékin, intégrée à l'Armée populaire de libération depuis 2015, pense avoir trouvé la solution : un rayon laser. Selon le South China Morning Post, qui s'en est fait l'écho le mardi 27 juillet, les scientifiques travaillent sur une "puissante arme laser" qui sera montée sur le nez d'un planeur hypersonique ou d'un futur avion de chasse. L'arme à énergie dirigée, qui cible de fines molécules d'air, serait capable de réduire la résistance de l'air de 70%, voire davantage.

À lire aussi — Un laser détruit un mini-drone en plein vol, une première pour l'armée française

Bien plus aérodynamique

Le laser, estiment les chercheurs, "peut modifier la structure de l'onde de choc devant le véhicule hypersonique, puis modifier la vitesse et la répartition de la pression pour parvenir à réduire la traînée." La traînée est une force aérodynamique qui s'oppose au mouvement d'un corps dans l'air.

En chauffant les molécules d'air, l'arme à énergie dirigée parvient à créer un "noyau chaud" de plasma à l'avant du véhicule, le rendant ainsi bien plus aérodynamique. Shi Jilin et Wang Diankai, à l'origine de cette recherche, affirment que cette technologie pourrait permettre aux véhicules hypersoniques de bénéficier d'une plus grande flexibilité de mouvement en effectuant des vols plus longs et plus stables.

Reste à savoir si des essais en conditions réelles seront aussi prometteurs que les expériences de laboratoire. L'une des principales difficultés auxquelles seront confrontés les chercheurs est de mettre au point un laser assez puissant pour arriver au résultat escompté, mais assez petit pour être installé à l'avant d'un missile ou d'un avion.

À lire aussi — Un avion de l'armée israélienne parvient à détruire des drones à l'aide d'un laser

Découvrir plus d'articles sur :