Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La Chine lance sa première mission vers Mars, marquant un tournant dans son histoire

La Chine lance sa première mission vers Mars, marquant un tournant dans son histoire
La fusée Longue-Marche 5, avec à son bord le rover martien Tianwen-1, est lancée du centre de lancement spatial de Wenchang, le 23 juillet 2020, dans le cadre de la première mission chinoise sur Mars. © Roman Balandin\TASS via Getty Images

Une nouvelle page de l'histoire de l'exploration spatiale vient de s'ouvrir pour la Chine. Le géant asiatique a lancé jeudi 23 juillet 2020 sa première mission vers la planète Mars, baptisée "Tianwen" ("questions au ciel" en chinois). Le lanceur Longue-Marche 5 — la plus puissante de sa gamme — a décollé, avec à son bord une sonde, un atterrisseur et un rover, depuis la base de Wenchang située sur la côte Nord-Est de l’île de Hainan, à 12h41, heure locale. La bonne insertion de la sonde a été confirmée environ 40 minutes plus tard par la CNSA, l'agence spatiale chinoise, dans un communiqué.

La sonde va désormais parcourir les quelque 55 millions de kilomètres de distance qui séparent la Terre de Mars et devrait arriver à bon port dans environ sept mois, soit en février 2021. "La mission Tianwen-1 est un projet majeur dans le processus de construction de la puissance aérospatiale de la Chine, et un projet important pour que le spatial chinois aille plus loin et plus profondément dans l'espace", a déclaré le commandant adjoint de la mission, Wu Yansheng, dans un communiqué.

Pour une première à destination de Mars, cette mission s'avère très ambitieuse car elle compte placer une sonde en orbite, poser un atterrisseur sur Mars, puis en faire sortir un petit robot téléguidé afin qu'il mène des analyses en surface. "Les risques et les difficultés sont considérables", notamment le périlleux atterrissage sur Mars, a estimé Liu Tongjie, porte-parole de la mission Tianwen-1. "Mais nous sommes aussi très confiants", a-t-il ajouté. "C'est du 50-50. La Chine échouera peut-être cette fois. Mais elle réussira un jour. Car elle a la volonté, la détermination et suffisamment de ressources financières et humaines pour y parvenir", a avancé pour sa part Chen Lan, analyste pour le site GoTaikonauts.com, spécialisé dans le programme spatial chinois.

Pour le moment, seules deux nations, les Etats-Unis et la Russie, ont réussi un atterrissage sur la surface martienne — les Américains l'ont fait à cinq reprises et tenteront un sixième atterrissage s'ils lancent effectivement leur mission martienne Mars 2020 cet été. "Si elle [ndlr : la Chine] réussit, ce serait la première fois dans l'histoire qu'un atterrisseur et un robot téléguidé non-américains fonctionnent sur Mars", a souligné Chen Lan.

Une mission capitale pour préparer un retour d'échantillons vers 2030

Cette première mission chinoise vers Mars est capitale car elle devrait permettre de tester les technologies de retour d'échantillons. Tout comme la NASA, l'agence spatiale chinoise prépare une mission de retour d'échantillons de Mars vers la Terre vers 2030. Dans le détail, la mission aura pour but d'examiner et d'analyser le sol, la structure géologique, l'environnement, l'atmosphère ainsi que la présence de biomolécules et de biosignatures sur Mars. L'une des grandes questions sur l'histoire de Mars est qu'on ne sait toujours pas pourquoi l'atmosphère martienne a changé il y a environ 4 milliards d'années et pourquoi l'eau liquide qui s'y trouvait s'est ainsi évaporée.

Pour cela, le rover à six roues et à quatre panneaux solaires renferme 13 instruments scientifiques dont une caméra multispectrale, un radar capable de voir sous la surface (afin de déterminer l'épaisseur et la composition du sous-sol martien), un détecteur de champ magnétique ou encore un détecteur de climat. Il pèse environ 200 kg et devrait fonctionner pendant trois mois, en utilisant l'orbiteur comme relais de communication, a précisé Sun Zezhou, le concepteur en chef de la sonde.

L'atterrisseur et le rover ne seront pas tout de suite déposés sur Mars (certains observateurs supposent que c'est pour permettre à l'orbiteur d'observer et de cartographier plus précisément le site d'atterrissage), mais l'opération devrait se faire avant juillet 2021, d'après Ye Peijian, un scientifique de premier plan dans l'exploration spatiale à l'Académie chinoise de technologie spatiale. L'orbiteur devrait au total être fonctionnel pendant environ 23 mois.

La Chine n'est pas la seule à avoir lancé une mission en direction de Mars ce mois-ci. En début de semaine, les Emirats arabes unis ont lancé avec succès leur première sonde à destination de la planète rouge. Elle étudiera pendant une année martienne (soit deux années terrestres) la dynamique du climat martien et tentera de comprendre pourquoi et comment Mars est passé d'une planète humide et chaude à une aride, désertique et froide. Les Etats-Unis comptent lancer quant à eux leur mission le 30 juillet prochain...

A lire aussi — Voici les 3 missions spatiales vers Mars prévues pour cet été

Découvrir plus d'articles sur :