Publicité

La Chine s'est entraînée à tirer de nuit des missiles 'tueurs de porte-avions'

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

 La Chine s'est entraînée à tirer de nuit des missiles 'tueurs de porte-avions'
La Chine a renforcé son arsenal de missiles. Des armes comme le DF-26 peuvent frapper non seulement des cibles terrestres, mais aussi des ressources navales, comme les porte-avions américains. © GREG BAKER/AFP via Getty Images
Publicité

L'armée chinoise s'est entraînée à tirer des missiles dans l'obscurité, une tâche plus difficile pour ses troupes qu'un lancement de jour, ont rapporté les médias d'État chinois cette semaine. La Force des fusées de l'Armée populaire de libération chinoise s'est entraînée à effectuer des frappes simulées de missiles balistiques à ondes multiples lors d'une série d'exercices récents à minuit, a révélé le Global Times, citant un rapport de la Radio nationale chinoise.

Le colonel Jiang Feng, commandant adjoint d'une brigade de missiles, a déclaré aux médias chinois que ses forces "avaient régulièrement organisé des exercices nocturnes ces derniers temps, qui duraient généralement au-delà de minuit. Ils comportaient des changements aléatoires de positions et de cibles de lancement, des tirs consécutifs et des déplacements".

À lire aussi — Comment la Chine tente de résoudre le plus gros problème de ses avions de chasse

Des images de ces exercices au cours desquels les troupes tirent, se déplacent, rechargent et tirent à nouveau, ont montré des missiles balistiques à portée intermédiaire DF-26.

La Chine dévoile ses missiles DF-26 lors d'une parade militaire à Pékin le 3 septembre 2015.  Xinhua/Cha Chunming via Getty Images

Le DF-26 est un missile balistique multirôle mobile sur route, lancé depuis le sol, dont la portée est estimée à environ 4 000 kilomètres, ce qui donne à la Chine la capacité de frapper Guam, un territoire américain stratégiquement précieux dans le Pacifique. L'arme a été révélée pour la première fois lors d'un défilé militaire en 2015, puis mise en service l'année suivante.

Parce qu'elle peut atteindre Guam, elle a été appelée "Guam Killer" ou "Guam Express", mais l'arme est également appelée "carrier killer" parce qu'elle a un rôle anti-navire tout comme le DF-21D. Comme l'explique le ministère de la Défense dans sa dernière évaluation de la puissance militaire chinoise, le DF-26 "est capable de mener des frappes de précision conventionnelles et nucléaires contre des cibles terrestres, ainsi que des frappes conventionnelles contre des cibles navales".

La marine américaine mène plus souvent des opérations à deux porte-avions dans la région Indo-Pacifique.  Photo du spécialiste Jake Greenberg/U.S. Navy via Getty Images

Le DF-26, un missile capable de menacer d'importantes bases américaines

L'été dernier, alors que deux groupes de porte-avions de l'US Navy menaient des opérations conjointes dans la mer de Chine méridionale, le Global Times, sous le contrôle du gouvernement chinois, écrivait que l'Empire du Milieu "disposait d'un large éventail d'armes, d'anti-porteurs aériens, comme les missiles DF-21D et DF-26 "tueurs de porte-avions"".

Le média chinois indiquait que "la mer de Chine méridionale est entièrement à la portée de l'Armée populaire de libération (APL) chinoise, et que tout mouvement du porte-avions américain dans la région ne dépend que de l'APL." La marine américaine est passée outre, affirmant qu'elle n'était "pas intimidée" par les capacités de la Chine.

Si l'arsenal chinois n'a donc pas dissuadé les États-Unis, il a toutefois conduit l'armée américaine à repenser la manière dont elle pourrait mener cette guerre dans le Pacifique.

À lire aussi — Comment le Japon repense l'utilisation de ses chars en prévision d'un éventuel affrontement avec la Chine

Les missiles de portée intermédiaire chinois DF-26 en parade à Pékin.  Andy Wong - Pool /Getty Images

Conscients que le DF-26 est capable de menacer d'importantes bases américaines et de paralyser des plates-formes de projection comme les porte-avions, les États-Unis ont étudié de près la dispersion des forces et les nouvelles capacités d'affrontement.

En août, l'armée chinoise a procédé aux tirs d'essai de deux missiles balistiques DF-26 dans la mer de Chine méridionale. Les forces chinoises ont également procédé aux tirs d'essai de deux missiles balistiques à portée intermédiaire DF-21D.

L'amiral de la marine américaine Philip Davidson, qui dirigeait alors le commandement Indo-Pacifique des États-Unis, a déclaré en mars que la Chine tentait d'"envoyer un message sans équivoque" avec ce type d'exercice.

La Chine, a-t-il ajouté, "ne se contente pas de développer des systèmes d'armes avancés, mais les utilise de plus en plus en entraînement et lors d'exercices pour affiner les compétences de combat de l'APL et envoyer un message sur sa puissance militaire."

Version originale : Ryan Pickrell/Insider

À lire aussi — Hélicoptères autonomes, essaims de drones... 5 innovations technologiques portées par l'armée chinoise

Découvrir plus d'articles sur :