Publicité

La Chine supprime des publications en ligne qui se moquaient de la lutte de l'Inde contre le Covid-19

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

La Chine supprime des publications en ligne qui se moquaient de la lutte de l'Inde contre le Covid-19
Une crémation de masse de victimes décédées du Covid-19 à New Delhi, en Inde, le 22 avril. © REUTERS/Danish Siddiqui
Publicité

Des images publiées sur les réseaux sociaux par deux comptes officiels du gouvernement chinois ont suscité des critiques parce qu'elles se moquaient de la lutte de l'Inde contre Covid-19, selon de multiples rapports en ligne. Un compte lié au Parti communiste au pouvoir a publié samedi une image comparant comparant le lancement réussi du module Tianhe dans l'espace à des bûchers de crémation en feu en Inde.

L'image, postée par la Commission centrale des affaires politiques et juridiques du gouvernement sur son compte Weibo, était légendée "La Chine allume un feu versus l'Inde allume un feu. "Elle comportait un hashtag indiquant que le nombre de cas de coronavirus en Inde avait dépassé les 400 000 par jour. Plusieurs autres comptes gouvernementaux gérés par la police et les forces de l'ordre ont également partagé l'image, rapporte CNN.

À lire aussi — Hélicoptères autonomes, essaims de drones... 5 innovations technologiques portées par l'armée chinoise

'Moralement problématique'

Les messages comparaient le lancement par la Chine de son module Tianhe à des bûchers de crémation en Inde. Weibo

Le compte officiel du ministère chinois de la Sécurité publique a publié vendredi une autre image qui comparait la "montagne du dieu du feu" du pays — le nom de son hôpital de fortune construit pour combattre le COVID-19 à Wuhan — à une autre crémation de masse en Inde, selon Bloomberg. Certains utilisateurs de réseaux sociaux auraient commenté en disant que les publications étaient "moralement problématiques".

Les deux posts ont été supprimés après que de nombreux utilisateurs chinois de Weibo ont exprimé leur colère face à l'insensibilité exprimée.

Hu Xijin, le rédacteur en chef du Global Times, soutenu par le Parti communiste, a également critiqué cette initiative, en déclarant : "Je ne pense pas qu'il soit approprié pour les comptes de réseaux sociaux de certaines institutions officielles chinoises ou d'autres forces influentes de se moquer de l'Inde à l'heure actuelle."

Ils devraient plutôt "porter haut la bannière de l'humanitarisme en ce moment, montrer de la sympathie pour l'Inde et placer fermement la société chinoise sur un terrain moral élevé", a-t-il déclaré.

Le sentiment nationaliste est très fort dans les deux pays, alors que les deux puissances mondiales s'affrontent au sujet d'une frontière contestée de près de 3 400 kilomètres de long dans la région de l'Himalaya. Certains voient dans l'intense combat de l'Inde contre le coronavirus une occasion pour la Chine d'apaiser les tensions avec son voisin.

"Nous espérons que tout le monde prête attention au fait que le gouvernement chinois et l'opinion publique dominante soutiennent la lutte de l'Inde contre l'épidémie", a déclaré un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères à Bloomberg en réponse à la suppression des messages.

Le président Xi Jinping n'a envoyé que récemment un message de condoléances au Premier ministre Narendra Modi, proposant son aide pour aider la nation à faire face à sa pénurie d'oxygène et d'autres fournitures importantes.

Un porte-parole du ministère des affaires étrangères, Wang Wenbin, a déclaré vendredi à Bloomberg que la Société de la Croix-Rouge de Chine, les gouvernements locaux, les ONG et les entreprises chinoises tentent de collecter des fournitures liées à la pandémie et de les livrer à l'Inde "dès que possible".

Ce lundi, l'Inde a signalé plus de 300 000 nouveaux cas de Covid-19 pour le douzième jour consécutif, portant le nombre total de cas à près de 20 millions. Le nombre de décès a augmenté de 3 417 pour atteindre plus de 215 000, mais les experts médicaux estiment que ce chiffre pourrait être cinq à dix fois plus élevé que le décompte officiel.

Version originale : Shalini Nagarajan/Insider

À lire aussi — Le chef d'un gang qui a gagné 2,3M€ en vendant de l'eau comme vaccin contre le Covid-19 arrêté en Chine

Découvrir plus d'articles sur :