Publicité

La Chine veut déployer une mégaconstellation de 13 000 satellites en orbite basse

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

La Chine veut déployer une mégaconstellation de 13 000 satellites en orbite basse
Si le projet est mené à son terme, cette nouvelle constellation satellitaire viendrait s'installer dans une orbite déjà très peuplée. © Pixabay
Publicité

L'espace, subtil terrain d'affrontements géopolitiques entre grandes puissances, est au bord de l'embouteillage. Une pléiade d'acteurs étatiques ou privés ne jurent désormais plus que par des constellations de milliers de petits satellites, capables de fournir de l'Internet à haut débit à tout Terrien, sans restriction de frontière.

Elon Musk, qui en a déjà lancé 700 pour sa constellation Starlink, souhaite en déployer pas moins de 42 000 à terme ! En 2020, le fondateur d'Amazon, Jeff Bezos, a lui reçu l'autorisation d'envoyer 3 000 satellites en orbite pour son Project Kuiper. Et les deux milliardaires de la tech sont loin d'être les seuls à vouloir s'accaparer l'espace : les Américains OneWeb et Lynk, le Polonais SatRevolution ou le Russe Sphera travaillent aussi sur des projets similaires.

À lire aussi — Starlink autorisé en France, ce qu'il faut savoir sur l'internet de l'espace de SpaceX

Dernier prétendant en date : la Chine. Le pays travaille à déployer en orbite basse une mégaconstellation de près de 13 000 satellites — 12 922 précisément. En septembre dernier, le pays a déposé un dossier auprès de l'Union internationale des télécommunications (ITU). En coordonnant les principaux acteurs de l'industrie spatiale chinoise, le pays veut lancer le réseau "Guowang" (ou "réseau national"). Celui-ci sera formé de deux sous-constellations, évoluant entre 500 et 1 145 kilomètres d'altitude.

Une mégaconstellation idéalement placée pour couvrir le continent asiatique

"Nous planifions et développons des satellites Internet basés dans l'espace et avons lancé des satellites de test", avait déclaré début mars un représentant de la China Aerospace Science and Technology Corp (CASC), la principale entreprise spatiale du pays.

Les deux précédents projets de constellations satellitaires —Hongyan et Hongyun, annoncés en 2018 — seront selon toute vraisemblance fusionnés au sein du nouveau "réseau national".

À terme, cette mégaconstellation pourrait être idéalement placée pour couvrir le continent asiatique — où vit plus de la moitié de la population mondiale — là où SpaceX et Amazon se focaliseraient sur l'Amérique, puis sur l'Europe. "Le développement de la constellation permettra également de créer des emplois au niveau national, d'ancrer des initiatives industrielles liées à l'espace et de contribuer au développement économique en répondant aux besoins nationaux en matière de connectivité", explique à Space News Ian Christensen, directeur des programmes privés à la Secure World Foundation.

"Guowang" pourrait surtout être intégré au projet tentaculaire de nouvelle route de la soie, cher au président chinois Xi Jinping, comme redoutable outil d'influence à l'international.

À lire aussi — En Russie, se connecter à Internet grâce à Starlink d'Elon Musk pourrait être passible d'une amende

Découvrir plus d'articles sur :