Environ trois millions de personnes utilisent la cigarette électronique en France, selon les données de Santé Publique France. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait tiré la sonnette d'alarme le mois dernier en avertissant que la cigarette électronique était "incontestablement nocive". Une nouvelle étude, publiée dans la revue Radiology ce mardi 20 août 2019, semble renforcer ces craintes. Des chercheurs de l'école de médecine de l'université de Pennsylvanie aux Etats-Unis affirment que rien que le fait d'inhaler la vapeur provenant de la cigarette électronique — sans la nicotine ou les arômes — a des effets néfastes immédiats sur le système vasculaire.

Les effets nocifs de la nicotine et des arômes contenus dans la cigarette électronique sont déjà largement connus, mais pas forcément ceux de la simple vapeur — constituée principalement d'eau et soit de glycérol ou de propylène glycol, qui permettent de maintenir le tout dissous à l'intérieur de la cartouche. Les auteurs de l'étude ont examiné les veines et les artères de 31 participants âgés entre 18 et 35 ans avant et après avoir vapoté. Les sujets n'étaient pas fumeurs et c'était la première fois qu'ils fumaient une cigarette électronique.

Après avoir pris 16 bouffées de 3 secondes chacune, la circulation sanguine des participants s'est dégradée (une réduction de 17,5% du débit sanguin à son pic), leurs artères étaient plus rigides (une réduction de 34% de la dilatation de l'artère fémorale) et leur sang contenait moins d'oxygène (-20%). Les scientifiques ont notamment constaté une altération du fonctionnement de l'endothélium, la couche la plus interne des vaisseaux sanguins, celle qui est en contact avec le sang. Et l'endothélium est essentiel à la bonne circulation du sang. S'il est endommagé, les artères s'épaississent, le sang peut s'écouler vers le cœur et le cerveau, ce qui peut entraîner une crise cardiaque ou un AVC.

A noter que d'autres comportements et facteurs environnementaux peuvent aussi causer la constriction des vaisseaux sanguins, sans toutefois causer de dommages permanents, par exemple la consommation de caféine.

A lire aussi — Le prix du tabac à rouler et des cigares pourrait augmenter

Une nocivité très souvent sous-estimée 

"Les résultats de notre étude vont à l'encontre de l'idée que la vapeur des cigarettes électroniques est inoffensive", a déclaré Felix Wehrli, le chercheur principal de l'étude, dans un communiqué. Et d'ajouter : "je préviens les jeunes de ne pas commencer à utiliser les cigarettes électroniques. La croyance commune est que c'est la nicotine qui est toxique, mais nous avons découvert qu'il existe des dangers indépendamment de la nicotine. S'il y a des effets notables après une seule utilisation, alors vous pouvez imaginer les dommages permanents qui pourraient être causés par le vapotage régulier pendant des années." Des études supplémentaires devront être menées pour anticiper ces effets sur le long terme.

D'autres études précédentes ont montré que l'inhalation de certains arômes contenus dans les cigarettes électroniques augmenterait le risque de maladies cardiovasculaires ou que le vapotage pouvait causer une inflammation pulmonaire, similaire à ce que l'on peut observer les fumeurs de tabac classique. 

Malgré les études scientifiques sur les effets nocifs du vapotage qui se multiplient, le marché de la cigarette électronique continue d'exploser. En France, son chiffre d'affaires est estimé à environ 820 millions d'euros en 2018, rapporte La Tribune. De nombreux fumeurs utilisant en effet la cigarette électronique pour essayer d'arrêter de fumer.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : 14 choses à faire juste avant de se coucher