Le nouveau rapport de la Cour des comptes n'est pas tendre avec la gestion du groupe de l'audiovisuel public entre 2009 et 2015. Manquant de rigueur, France Télévisions est appelé à engager de profondes réformes.

Passée relativement inaperçue, la sixième des 23 recommandations des magistrats enjoint la direction à passer en revue "le contenu effectif des postes occupés par les salariés les mieux rémunérés de l’entreprise".

Cette évaluation, jugée "indispensable", concernerait 550 salariés percevant un salaire supérieur "à 8.000 euros brut par mois", précise l'institution.

Citant un travail similaire entrepris par la BBC, cet audit permettrait d'évacuer les doutes et "interrogations", précise la Cour des comptes à Business Insider France.

Dans le détail, 547 salariés ont bénéficié en 2015 d’une rémunération de plus de 96.000 euros annuels bruts, dont 191 une rémunération supérieure à 120.000 euros annuels bruts.

Le coût total des rémunérations supérieures à 96.000 euros annuels bruts s’élève ainsi à 69,6 millions d'euros indique le rapport.

De 26 % à 79 % de cadres selon les catégories de salariés

Dans le collimateur des magistrats,  la gestion effectuée par la direction des ressources humaines pendant ces six années. "Focalisée sur la conclusion de l’accord collectif" en 2013, elle aurait pratiqué le statu quo au sujet de "pratiques contestables".

La Cour des comptes relève un sur-encadrement chez France Télévisions. 

Selon les magistrats, ce taux s'est élevé à 79 % chez les personnels techniques et administratifs (PTA) en 2014,  soit 4746 des 6013 permanents.

Les journalistes ne sont en pas en reste : le nombre de journalistes affectés à des fonctions de coordination et d’encadrement est de 26 % en 2015 par rapport aux journalistes "de terrain", c’est-à-dire affectés aux reportages et au contenu de l’information. 

"Cette disproportion est encore plus marquée au sein de la direction de l’information où ils atteignent 40 %, dont 149 rédacteurs en chef ou rédacteurs en chef adjoint", précisent les magistrats dans leur rapport.

Selon les chiffres publiés en 2014, France Télévisions comptait 10.131 salariés, dont 6013 personnels techniques et administratifs et 2641 journalistes.

En partant des deux taux relevés par la Cour des comptes, les cadres représentaient 62,77 % des effectifs en 2014.

Il y  a donc trois fois plus de cadres chez France Télévisions que dans les entreprises françaises, la moyenne se situant entre 17 % et 18 % de la population active française selon la Cour des comptes.

YouTube

Didier Migaud, Premier président de la Cour des comptes. YouTube

L'entreprise rassemble désormais 9932 emplois à temps plein dont 2700 journalistes, soit une légère baisse de 2,7 % des effectifs en six ans, malgré deux plans sociaux qui ont coûté 55 millions d'euros.

Les reproches adressés à l'entreprise, détenue à 100% par l'Etat, portent également sur la politique éditoriale des différentes chaînes, le secteur de l'information, le manque de rationalisation du réseau régional de France 3 ou le pilotage économique.  

Selon la Cour, le pilotage économique de l'entreprise se limite à l'exercice en cours et ne permet pas définir une stratégie de moyen terme. Les magistrats relèvent pour l'exercice 2015 un déficit d'exploitation "très significatif", de 30,1 millions d'euros, signe de "fragilités structurelles majeures". 

Parmi  les autres recommandations, notons la réduction du nombre d'antennes régionales de France 3, la mise à l'étude d'un rapprochement de son réseau régional avec celui des radios France Bleu, la fusion de l'ensemble des rédactions nationales, ou la suppression des bureaux régionaux de France 2.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Afflelou est accusé d'avoir floué ses clients sur les prix et risque 10 millions d'euros d'amende

VIDEO: Ce coffee shop prépare le café selon une technique vieille de l'empire ottoman — il faut patienter 10 minutes avant de boire son breuvage