La crise du 737 Max pourrait coûter une somme colossale à Boeing

Des avions 737 MAX stationnés sur le tarmac de l'usine Boeing à Renton, aux États-Unis, le 21 mars 2019. REUTERS/Lindsey Wasson

L'avionneur américain Boeing est toujours dans l'oeil du cyclone. Depuis la mi-mars, tous ses modèles de 737 Max ont l'interdiction de voler suite à deux crashs aériens ayant entraîné la mort de 346 personnes. Et selon les projections du cabinet de conseil Archery Strategy Consulting (ASC), l'avion pourrait rester immobiliser jusqu'au printemps 2020. Cette mise à l'arrêt forcée devrait coûter cher à Boeing avec une facture pouvant atteindre voire dépasser les 10 milliards de dollars, comme le rapporte L'Usine Nouvelle

Pourtant, lors du Salon du Bourget, qui s'est tenu en juin, Boeing s'était montré optimiste estimant que la certification était en bonne voie et entrevoyait un retour en vol pour ses engins début août. Mais voilà, plusieurs tuiles sont venues assombrir le ciel de l'avionneur américain : Il y a quelques jours, par exemple, l'Agence fédérale américaine de l'aviation (FAA) a découvert une nouvelle faille dans le système de contrôle de vol du 737 Max.

Par ailleurs, le cabinet ASC souligne que les mesures correctives annoncées en mai dernier par Boeing sur le système anti-décrochage MCAS - à l'origine des deux crashs de Lion Air et d'Ethiopian Airlines - paraissent insuffisantes aux yeux des autorités et des pilotes. Pour l'instant, l'avionneur américain propose quelques correctifs limités du MCAS et une formation sur tablette ou ordinateur pour les pilotes. Mais la FAA et les agences de régulation chargées de passer au crible l'avion pourraient demander des "modifications supplémentaires" sur l'appareil comme l'ajout d'une troisième sonde d'incidence, à l'instar d'Airbus, une modification du train d'atterrissage ainsi qu'un programme de formation des pilotes sur simulateur. Dans le cas où ces hypothèses étaient validées, le 737 Max ne devrait pas reprendre la direction des airs avant le printemps 2020. 

La facture de l'immobilisation devrait engloutir les bénéfices réalisés en 2018 par Boeing

Confronté à une immobilisation de très longue durée, Boeing a diminué sa production mensuelle de 52 exemplaires de 737 Max à 42 en avril dernier. Et l'avionneur devrait encore ralentir ses cadences. D'après le cabinet de conseil, au final, la note pour Boeing promet d'être très salée. En prenant en compte les coûts de maintenance des appareils cloués au sol, les pénalités pour retard de livraison, la mise à jour du système MCAS, les dédommagements versés aux familles et proches des victimes, l'annulation des commandes et les efforts commerciaux ainsi que la formation des pilotes, la facture pourrait atteindre voire dépasser les 10 milliards de dollars. Soit environ le coût de développement d'un nouvel appareil, selon Marc Durance, associé du cabinet ASC, interrogé par L'Usine Nouvelle.

A lire aussi — Le logiciel du Boeing 737 Max aurait été conçu par des intérimaires sous-payés

Une somme colossale qui devrait engloutir les 10 milliards de dollars de bénéfices réalisés par Boeing en 2018. Toutefois, cela ne devrait pas entraîner l'arrêt complet du programme 737 Max sachant que le constructeur américain affiche un chiffre d'affaires de plus de 100 milliards de dollars. Mais au-delà de Boeing, c'est toute la chaîne des fournisseurs du 737 Max qui devrait être impactée. Selon ASC, les fournisseurs pourraient perdre entre 15 et 25% de leur chiffre d'affaires cette année. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Boeing est maintenant obligé de garer ses 737 Max inutilisés sur le parking des employés

Il existe des planètes semblables à la nôtre — voici à quoi ressemblerait la vie sur une super-Terre