Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La décision de la NASA de choisir SpaceX pour retourner sur la Lune fait polémique

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

La décision de la NASA de choisir SpaceX pour retourner sur la Lune fait polémique
Le contrat de SpaceX avec la NASA a suscité des réactions de la part de personnalités du secteur, qui cherchent à obtenir des détails. © Insider

De nombreuses personnalités des communautés spatiale et scientifique cherchent à en savoir plus sur la façon dont la NASA a choisi uniquement SpaceX pour son retour sur la Lune, alors que les plans déclarés de l'agence prévoyaient deux partenaires commerciaux. SpaceX était en concurrence avec Blue Origin et Dynetics pour deux contrats dans le cadre du programme Artemis de la NASA, mais la NASA a annoncé vendredi que SpaceX obtiendrait un contrat exclusif de 2,9 milliards de dollars, soit environ 2,4 milliards d'euros.

Blue Origin s'était associé à Lockheed Martin, Northrop Grumman et Draper pour former "The National Team". Un porte-parole de Blue Origin a déclaré à Insider par e-mail samedi : "L'équipe nationale ne dispose pas encore de beaucoup d'informations. Nous cherchons à en savoir plus sur la sélection."

À lire aussi — La NASA a choisi les 18 astronautes qui vont participer aux missions visant à retourner sur la Lune

Ailleurs, les célébrations étaient de mise. "La NASA règne !!!" a jubilé Elon Musk, fondateur de SpaceX. "Nous sommes honorés de faire partie de l'équipe @NASAArtemis".

L'année dernière, la NASA a choisi les trois entreprises pour développer un nouveau "système d'atterrissage humain", ou HLS (Human Landing System). L'agence prévoit de retourner sur la Lune dès 2024 et d'y installer éventuellement une base permanente. Blue Origin, fondée par Jeff Bezos d'Amazon, a baptisé son atterrisseur lunaire Blue Moon. Dynetics, un entrepreneur de la défense, a appelé son projet "Dynetics Human Landing System".

Le HLS gagnant, le Starship de SpaceX, utilise les moteurs Raptor de la société, ainsi que les concepts de ses véhicules Falcon 9 et Dragon, a déclaré la NASA. Il sera entièrement réutilisable, avec un système d'atterrissage conçu "pour les voyages vers la Lune, Mars et d'autres destinations".

"En adoptant une approche collaborative pour travailler avec l'industrie tout en tirant parti de l'expertise et des capacités techniques éprouvées de la NASA, nous ramènerons une fois de plus des astronautes américains à la surface de la Lune, cette fois pour explorer de nouvelles zones pendant de plus longues périodes", a déclaré Lisa Watson-Morgan, responsable du programme HLS de la NASA, dans un communiqué.

Un seul vainqueur au lieu de deux

Il était prévu que la NASA choisisse deux des entreprises. Mais des préoccupations budgétaires ont conduit à son choix de SpaceX, qui a restructuré sa proposition pour répondre aux attentes de la NASA en matière de dépenses, selon l'agence. Le 2 avril, la NASA a choisi SpaceX en tant que "sélection conditionnelle", ce qui a permis à l'agence d'entamer des négociations post-sélection avec elle, selon un document préparé par Kathryn Lueders, responsable de la sélection des sources.

Kathryn Lueders indique que les propositions "Option A" de chacune des trois entreprises étaient supérieures au budget proposé par l'agence pour le programme HLS. Elle a ajouté : "J'ai donc décidé que la NASA devait, dans un premier temps, entamer des négociations de prix avec l'offrant de l'option A, qui est à la fois très bien noté d'un point de vue technique et de gestion et qui avait également, de loin, le prix le plus bas proposé initialement — SpaceX".

La société d'Elon Musk a ensuite soumis à nouveau sa proposition le 7 avril, selon la NASA. "Bien que la proposition revue de SpaceX contienne une mise à jour de l'échelonnement des paiements d'étape qui s'inscrit dans le budget actuel de la NASA, SpaceX n'a pas proposé de réduction globale du prix", a écrit Kathryn Lueders.

Des réactions positives — et d'autres moins enthousiastes

Après l'annonce, les employés de SpaceX et les passionnés de l'espace ont inondé LinkedIn et Twitter de messages positifs. Beaucoup ont posté des émojis de fusée, comme on pouvait s'y attendre. Mais d'autres fans de l'espace et des observateurs du budget ont remis en question la décision de la NASA de se contenter d'un seul partenaire commercial pour une mission aussi monumentale.

Casey Dreier, avocat en chef et conseiller principal en politique spatiale à la Planetary Society, a déclaré sur Twitter qu'il était "honnêtement choqué" que la NASA choisisse un seul partenaire commercial. Des partenaires multiples stimuleraient la concurrence, a-t-il dit. "Bien sûr, SpaceX agit toujours comme s'il était en compétition constante avec lui-même. Et jusqu'à présent, SpaceX a tenu à 100% ses promesses en termes de capacités et de prix", a déclaré Casey Dreier.

Le représentant Robert Aderholt, de l'Alabama, a publié une déclaration disant que la décision de la NASA "soulève beaucoup de questions." SpaceX avait précédemment conclu des accords avec la NASA et l'US Air Force, avec des prix "très élevés", a-t-il déclaré. Il a ajouté : "Les années de retard dans le développement du Falcon Heavy, ainsi que les récents tests du programme Starship rapportés dans la presse, soulèvent également des questions techniques et de calendrier."

Plusieurs des prototypes de SpaceX ont explosé lors de vols d'essai.

Dynetics n'a pas répondu à une demande de commentaire samedi.

À lire aussi — La construction d'une base sur la Lune devra être souterraine pour protéger les astronautes des radiations

Découvrir plus d'articles sur :