Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La DG de YouTube veut bannir les contenus qui 'vont à l'encontre' des recommandations de l'OMS

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

La DG de YouTube veut bannir les contenus qui 'vont à l'encontre' des recommandations de l'OMS
Susan Wojcicki, DG de YouTube. © Reuters

Susan Wojcicki, DG de YouTube, a suggéré que la plateforme vidéo pourrait supprimer les contenus qui contredisent les conseils de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sur le Covid-19. Dimanche sur CNN, elle a déclaré que YouTube "supprimerait les informations qui posent problème", y compris "tout ce qui est médicalement non fondé". Par exemple, le contenu qui prétend que la vitamine C ou le curcuma guérit les personnes atteintes de Covid-19 serait "une violation de la politique de YouTube" et serait supprimé.

"Tout ce qui va à l'encontre des recommandations de l'OMS serait une violation de notre politique et donc retiré", a-t-elle poursuivi. Elle n'est pas allée plus loin dans les détails, et on ignore à quel point YouTube contrôle les vidéos qui entrent dans le débat sur les recommandations de l'OMS. Par exemple, l'OMS a conseillé que les masques soient portés par les travailleurs de la santé et non par les personnes en bonne santé. Mais les experts sont partagés sur ce point, et il existe de nombreuses vidéos sur YouTube qui conseillent aux gens de fabriquer et de porter leur propre masque.

Susan Wojcicki a reconnu que YouTube avait dû rapidement mettre à jour ses politiques en réponse au virus et à la désinformation qui l'accompagne. La plateforme a déjà interdit les vidéos qui lient la 5G à la propagation de Covid-19, une théorie conspirationniste qui montre une longévité surprenante sur les plateformes en ligne. Beaucoup d'entre elles ont pourtant été largement démenties.

En mars, YouTube a déclaré qu'il démonétiserait les vidéos sur le coronavirus. Mais est revenue sur cette décision une semaine plus tard, après une réaction brutale de YouTubers mécontents.

A lire aussi — Zoom profite d'une augmentation de 50 % du nombre de ses utilisateurs quotidiens depuis début avril

Découvrir plus d'articles sur :