Publicité

La fabricant chinois de smartphones Xiaomi va construire des voitures électriques

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

La fabricant chinois de smartphones Xiaomi va construire des voitures électriques
Une boutique de Xiaomi à Hangzhou en Chine, en juin 2018. © Open Grid Scheduler / Grid Engine/Flickr
Publicité

Xiaomi va ajouter une nouvelle corde à son arc. Le fabricant de smartphones et d'appareils électroniques est devenu mercredi 1er septembre la dernière entreprise chinoise à se lancer formellement dans l'automobile, avec l'annonce de la création d'une filiale dédiée. Numéro deux mondial du smartphone, Xiaomi produit également des tablettes tactiles, des montres connectées, des écouteurs, des trottinettes ou encore des scooters. Basé à Pékin, le groupe va désormais concevoir des véhicules électriques.

La société "Xiaomi Auto a officiellement été enregistrée [ce] 1er septembre", a indiqué sur son compte Weibo le PDG du groupe, Lei Jun. L'entreprise est dotée d'un capital de 10 milliards de dollars, a-t-il précisé. Signe de l'importance donnée par le groupe à cette nouvelle activité, Lei Jun, avait personnellement lancé en juillet le recrutement de 500 ingénieurs en Chine. Aucune date de commercialisation n'a été donnée.

À lire aussi — Automobile : Stellantis et Foxconn s'associent pour produire des habitacles connectés

En avril, le PDG de Xiaomi avait indiqué que le premier modèle de la marque serait probablement "une berline ou un SUV". Les véhicules à énergies nouvelles (hybrides, électriques, pile à combustible) connaissent un fort essor en Chine, pays en pointe dans ce domaine grâce notamment à une population ultra-connectée et à une politique incitative des autorités. Les constructeurs nationaux et étrangers rivalisent pour profiter de ce débouché. Et Xiaomi n'est pas la première firme chinoise à s'aventurer dans ce secteur.

Rapprochement avec la filiale auto d'Evergrande

Plusieurs sociétés connaissent un regain d'intérêt des investisseurs, avec par exemple les groupes XPeng et Li Auto, entrés en Bourse l'an dernier aux États-Unis mais également cotés à Hong Kong. Pendant ce temps, des acteurs plus établis comme les groupes allemands Volkswagen ou BMW ont pris des engagements pour l'avenir, avec des modèles entièrement électriques devant être produits en Chine.

Fondé en 2010, Xiaomi a connu un essor fulgurant ces dernières années en proposant des appareils haut de gamme à prix abordable, et en les vendant au départ directement en ligne. Quasi inconnue à l'étranger à ses débuts, la marque était à l'époque régulièrement moquée pour ses produits fortement inspirés par l'iPhone d'Apple. Xiaomi est devenu au deuxième trimestre le numéro deux mondial du smartphone, détrônant la marque à la pomme.

En août, Evergrande, l'un des groupes les plus endettés de Chine, avait annoncé des pourparlers avec Xiaomi au sujet de sa filiale Evergrande Auto. Fondé en 2019 avec l'ambition de révolutionner l'électrique, Evergrande Auto ne commercialise pour l'heure toujours aucun véhicule et a accusé 4,9 milliards de yuans (640 millions d'euros) de pertes au premier semestre.

À lire aussi — Les 10 voitures 100% électriques les plus vendues en France début 2021

Découvrir plus d'articles sur :