Twitter et Décathlon semblaient jusqu'ici faire bon ménage. Le célèbre community manager de l'équipementier français est connu pour ses réponses remarquées, parfois ironiques et souvent efficaces. Mais il a dû faire face à une nouvelle polémique ce dimanche suite à l'annonce de la mise en vente d'un hijab (foulard qui laisse apparaître le visage) de running, destiné aux femmes qui désirent pratiquer la course à pied tout en se couvrant la tête. Une nouvelle qui n'a pas plu à la porte-parole du parti Les Républicains, Lydia Guirous, qui a interpellé la marque dans un tweet virulent. S'en est ensuite suivi une déferlante de haine contre Decathlon, notamment sur Twitter. Le community manager a donc, comme à son habitude, dû faire preuve de diplomatie et de sang-froid, en répondant dans un premier temps à la femme politique puis à de nombreux autres internautes en colère. 




Mais la polémique, loin de se calmer, ne cesse de grandir ces derniers jours. Transparent comme à son habitude, le community manager n'a pas hésité à dévoiler ce mardi le contenu des messages que la marque reçoit depuis dimanche, invitant au calme et aux échanges respectueux avec les équipes du service client. 


Mais si de nombreux internautes ont été scandalisés par cette vente, d'autres ont en revanche pris la défense de Decathlon et de son community manager dénonçant une polémique aux relents islamophobes.

 



 

Face à la polémique, Decathlon a décidé de renoncer à la mise en vente du hijab de running selon un communiqué publié sur son compte Twitter. 

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Un internaute force Décathlon à lui produire spécialement un survêtement vieux de 30 ans