L'introduction en Bourse de la Française des Jeux (FDJ) est un franc succès. La demande des investisseurs et des particuliers pour des actions de l'entreprise publique a atteint 11 milliard d'euros au total, dont 1,6 milliard pour les particuliers et les détaillants, a annoncé Bruno Le Maire mercredi 20 novembre. "Un résultat spectaculaire qui montre l'intérêt des Français pour cette opération", a ajouté le ministre de l'Economie. Au total, 500 000 particuliers ont participé à cette levée de fonds de l'opérateur spécialisé dans les jeux d'argent et de hasard. 

En raison de cette forte demande pour les titres de la FDJ, le prix de 19,90 euros par action, correspondant au haut de la fourchette présentée le 6 novembre dernier, a été retenu. Pour les particuliers, qui bénéficient d'une décote de 2%, l'action coûtera donc 19,50 euros. Au final, l'Etat va récolter plus de 2 milliards d'euros grâce à cette privatisation, dont une grande partie viendra alimenter un fonds pour l'innovation et contribuer au désendettement de la France. Il restera toutefois le premier actionnaire de la FDJ, sa participation passant de 72% à 20% du capital. Les particuliers détiendront de leur côté 21% de l'entreprise, dont la première cotation à la Bourse de Paris aura lieu jeudi.

Tous les particuliers servis en-dessous de 2 000 €

Face au succès de l'opération, Bruno Le Maire a annoncé le passage de 33,3% à 40% la part des titres cédés par l'Etat et réservés aux particuliers. La priorité est donnée aux petits porteurs qui seront tous servis en-dessous de 2 000 euros. Au-delà, seule 10% de la demande pourra être satisfaite. Un particulier qui a par exemple passé un ordre de 3 000 euros recevra pour 2 100 euros de titres, "10% au-dessus des 2 000 euros en-dessous desquels vous êtes intégralement servis", précise le ministre. Les détaillants, les buralistes et les maisons de presse seront de leur côté intégralement servis, dans la limite de 7 500 euros.

Faites le test — Que changeriez-vous si vous étiez très riche ?

Cette opération représente l'une des plus importantes introductions à la Bourse de Paris de ces dernières années. La FDJ intègre ainsi le top 10 des plus grosses levées de fonds en France depuis l'an 2000. L'opérateur est parvenu à séduire notamment grâce à une politique de dividende attractive, dont l'objectif est de redistribuer 80% du résultat net dès 2020. La présence de l'Etat, qui reste au capital, et l'industrie lucrative dans laquelle évolue la FDJ ont aussi dû rassurer les investisseurs et permis d'oublier les contre-performances en Bourse de France Telecom et d'EDF après leur introduction sur le marché parisien, respectivement en 1997 et 2005.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La FDJ va lever plus d'1 Md€, voici les plus grosses introductions à la Bourse de Paris depuis l'an 2000