Publicité

La France est l'un des pays où les dividendes ont le plus chuté en 2020

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

La France est l'un des pays où les dividendes ont le plus chuté en 2020
La Société Générale, dont voici le siège à La Défense, a dû renoncer comme les autres banques à verser des dividendes, sous la pression de la Banque centrale européenne (BCE). © Guilhem Vellut/Flickr
Publicité

Les dividendes ont finalement moins chuté que prévu en 2020. Ils ont baissé de 12,2% au niveau mondial, à 1 255 milliards de dollars (1 038 milliards d'euros), selon le rapport de Janus Henderson dévoilé le 22 février 2021. "L'impact de la pandémie sur les dividendes a suivi la tendance d'une récession classique et son incidence a été, à l'échelle internationale, moins sévère que suite à la crise financière mondiale", estime la société de gestion d'actifs londonienne auteure de l'étude. Le rétablissement intégral ou partiel des dividendes par de nombreux groupes a réduit à 9,4% leur baisse au quatrième trimestre.

Les réductions de dividendes ont atteint 220 milliards de dollars (environ 182 milliards d'euros) au total entre le deuxième et le dernier trimestre de l'année écoulée. Une entreprise sur huit a annulé ses versements aux actionnaires, quand une sur cinq les a simplement diminués. "Mais les deux tiers des entreprises ont augmenté ou maintenu leurs dividendes", souligne Janus Henderson. La France fait partie des pays où ils ont le plus reculé : ils s'affichent en baisse de 43,9% sur l'ensemble de l'année 2020, à 35,8 milliards de dollars (29,5 milliards d'euros).

Des dividendes au plus bas en Europe, au plus haut aux Etats-Unis

"Le ralentissement de la France a, dans l'ensemble, le plus affecté les dividendes européens, en baisse de 25 milliards de dollars entre le deuxième et le quatrième trimestre par rapport à 2019", ce qui représente plus d'un tiers de la baisse total du continent hors Royaume-Uni. Au sein des principaux marchés mondiaux, les sociétés françaises et espagnoles sont celles qui ont le plus réduit leurs distributions — 71% d'entre elles l'ont fait — suivies de près par les entreprises australiennes et britanniques.

À lire aussi — Les 7 entreprises du CAC 40 qui ont maintenu leurs dividendes en dépit de la crise

Les dividendes européens sont tombés à leur plus bas niveau depuis au moins 2009, année de la création de l'indice de Janus Henderson, pendant qu'ils ont progressé de 2,6% en Amérique du Nord (États-Unis et Canada), pour atteindre un nouveau record, à 546 milliards de dollars (451 milliards d'euros environ). "Les sociétés ont protégé leurs dividendes en suspendant ou en réduisant, à la place, les rachats d’actions", explique le rapport. Parmi les cinq principaux payeurs de dividendes l'an passé, on retrouve cinq groupes américains. Microsoft arrive en tête, suivi d'AT&T, d'ExxonMobil, d'Apple et de JPMorgan Chase.

Le secteur bancaire pèse pour un tiers de la baisse des versements

Les dividendes ont diminué en Europe en raison notamment de la pression des régulateurs sur les banques pour qu'elles n'en versent pas. Ce qui "ne signifie pas que les banques n'avaient ni la volonté ni la capacité de payer", rappelle l'étude. Outre le secteur bancaire, qui a abaissé de 70 milliards de dollars (57,8 milliards d'euros environ) ses paiements au niveau mondial, soit un tiers des réductions à l'échelle internationale, la baisse des dividendes a été particulièrement marquée chez les sociétés pétrolières.

Elles ont été durement affectées par la crise et les restrictions de déplacement, bien que Total reste l'entreprise qui a versé le plus d'argent à ses actionnaires en France en 2020, selon la lettre Vernimmen. Les groupes miniers et les entreprises de consommation discrétionnaire (biens et services considérés comme non-essentiels), comme les constructeurs automobiles ou les groupes hôteliers, affichent également d'importantes baisses.

À l'inverse, les producteurs et détaillants alimentaires, les sociétés pharmaceutiques et les groupes tech ont été peu affectés par la crise, voire ont augmenté leurs dividendes en 2020.

À lire aussi — Les 10 groupes du CAC 40 qui ont versé le plus d'argent à leurs actionnaires en 2020

Découvrir plus d'articles sur :